Tsertsa

Dichonéo

Contenù di site

Multimédià

Teste eun patoué

Documàn

L'ono é lo loi

Quemeun-a: Euntroù
Catégorì: Conte pe le mèinoù

Eungn ono l’î eun tsan to tranquilo can, to p’eun moumàn, vèi aréé eun loi. Eun pouèn pomì scapé, l’ono – pe se degaé di comerse – comenche a trampèyé.
« Oh, mon cher loi, se te sauche… dze si eun tren de crapé de mou, dz’i eungn’épin-a plantéye dézò la cocca ! ».
Adòn lo loi lèi repòn : « Ah, tracacha-tè po mon cher ono, te fèyo peu proi pasé mè la mou, péquè â… dze te peucco ! ».
É l’ono l’a de-lèi : Mon cher loi, hen lé te conveun po, péquè l’épin-a poureu t’alé de traé… ».
« D’acor, adòn devàn te la touho, é aprì dze te peucco ! Dedeun queun pià te l’o-heu hi sacremento d’eungn’épin-a ? ».
« Hi de dérì… » é, eun diyèn hen lé, l’ono l’a andja-lèi an fameuza piató !
Lo loi, eun se vitèn pe tèra de la mou, l’a deu : « Bièn fa !... mè que dze si nèisù bitchì n’i oulù fée lo medeheun ! ».

Acoutì lo teste

Détsardjì lo teste

L'ono é lo loi

Documàn pdf (176 KByte)

Ita

L'âne et le loup

Un âne pâturait paisiblement dans un beau pré quand tout à coup voilà qu’un loup apparaît.
Ne pouvant pas s’échapper, l’âne – pour s’en sortir – commença aussitôt à clopiner.
« Oh, mon cher loup, si tu savais… je suis en train de crever de douleur, une épine s’est enfoncée dans mon sabot ! ».
Le loup lui répondit : « T’inquiète pas, mon cher âne, ta souffrance vas bientôt terminer puisque… je vais te dévorer ! ».
Alors l’âne répliqua : « Oh, mon cher loup, cela ne te conviendrait pas… puisque l’épine pourrait t’aller de travers… ».
« D’accord, alors avant je vais t’enlever cette épine, puis je te dévorerai… dans quel pied se trouve-t-elle ? ».
« Celui de derrière…» et, en disant ces mots, l’âne lui donna un grand coup de pied !
Le loup, renversé par terre et hurlant de douleur, s’exclama : « C’est bien fait… moi qui est né boucher et qui voulait faire le médecin ! ».

Tiré de : Phèdre, La bise et le soleil

Fra

L'âne et le loup

Un âne pâturait paisiblement dans un beau pré quand tout à coup voilà qu’un loup apparaît.
Ne pouvant pas s’échapper, l’âne – pour s’en sortir – commença aussitôt à clopiner.
« Oh, mon cher loup, si tu savais… je suis en train de crever de douleur, une épine s’est enfoncée dans mon sabot ! ».
Le loup lui répondit : « T’inquiète pas, mon cher âne, ta souffrance vas bientôt terminer puisque… je vais te dévorer ! ».
Alors l’âne répliqua : « Oh, mon cher loup, cela ne te conviendrait pas… puisque l’épine pourrait t’aller de travers… ».
« D’accord, alors avant je vais t’enlever cette épine, puis je te dévorerai… dans quel pied se trouve-t-elle ? ».
« Celui de derrière…» et, en disant ces mots, l’âne lui donna un grand coup de pied !
Le loup, renversé par terre et hurlant de douleur, s’exclama : « C’est bien fait… moi qui est né boucher et qui voulait faire le médecin ! ».

Tiré de : Phèdre, La bise et le soleil

Si site permè de vo mandér d'atre «cookies» (témouèn de connéchón). Se vo asétade l'utilizachón di «cookies» cliccade su OK, se vo vouléde pi d'eunformachón ou vo vouléde refezé, alléde a la padze di-z-eunformachón.

Padze d'eunformachón