Cherchez

Dictionnaire

Contenus du site

Multimédia

Textes en patois

Documents

La fèya dè Sent Ors

Commune: Verrayes
Catégorie: Ethnologie

Seutta fèya y è, pè dabón, la féta é la manifestachón la pleu emportanta dè la Val d’Ousta. En plen ivier, què i fiisse bon té ou croué té, pè do dzor dè fila, dè melle è melle person-e chè boron pè lè reuve dè la veulla pè possèi amirà, è magà co atsetà, lè produì di-z-artizàn valdotèn. Seutte do dzor son l’occajón pè sentì, mécllèi i difféente lenve étrandzée, la mèlodì dè totte neutre variétó dè patoué.
Vouèi lo dzor, la fèya y occupe an bon-a partia di reuve è di plase dè la veulla. Y è pomé maque la fèya dou beûc commèn én queu, èa y è én greu martsé avoué totta sorta dè martchandì. Bièn chè plègnon dè so seuilla, ma i fo téén contcho què lè té i tsandzon : can on dit fèya…
Lè-z-artizàn què i continuon la tradichón è què y emplèyon lo beûc, la péra, lo fiér é la lan-a pè rèalizà lloi prodouì è lloi euvre d’ar, y an vardó lloi vioù post, dé l’Arc d’Auguste tanque en plase Chanoux ma, to lo lon dè sisse dèré séncant’an, la fèya y a continuò a crétre è a ch’épatà. Dè sémpla manifestachón entrénquèi su a la bon-a ch’è trasformèi en organizachón complessa què i beutte en tren dè sentin-e dè person-e avoué dè compétanse difféente.
L’aspé commersial y è tedzor prèzèn ma y è accompagné co dè aspè culturel è dè eun’ambianse dè féta. Èa commèn èa, a la fèya, tsaqueun i pouì troà sen què i lame.
Ma y a pó tedzor itó pai…
I djon què la fèya y a pleu dè mell’an, a vrèi deue lè peu vioù documàn què nen prèdzon i son dou XIII siéclle : én partsemén dou 1243 què i menchon-e an fèya curieuse què chè fijoe lo 31 dzèné è én manuscrì dou 1303 què i prèdze d’an fèya en veulla què i deoe cheu dzor, trèi dzor devàn è trèi dzor apré Sent Ors.
La data présiza dè l’envión no la cogneussèn pó, toteun y è rézon-ablo suppozà què seutta fèya y isse néchà ver l’an 1000 can l’économì ch’è for développèi è én moué dè fèye emportante y an prèi pi tcheucca dapertot en Europe.
Toteun, la léjande i dit què la fèya y è néchà ou VIII siéclle, donque bièn devàn l’an 1000, can Sent Ors y a commensé a distribué dè chabó i peuvro dou cartché.
Fran dè novelle chue no lè-z-èn maque a partì dou XIX siéclle. Lè premée enformachón (1857) i prèdzon d’an pitchéda fèya què i deoe maque demià dzornó ma què, ver la fén dou siéclle passó, y a commensé, tcheucca pè queu, a prende d’emportanse, grase oussì a an poleteucca dè promochón què lo Comice Agricole y a beuttó en tren pè sottéén lè « pitchéde endustrì » locale.
Pè trèi queu la fèya y a itèi enterrompua : ou té di doe guére mondiale, pè dè rézón bièn comprensible è poué co ou té dou Fascio, què y ée contréo a seutte manifestachón.
Ma lo vrèi développemàn dè la fèya ch’è produì grase a l’Otonomì dè la Valló. Dè fèya di moblo pè la campagne lle chè trasforme en fèya dè l’artizanà è dè l’ar sensa pédre chon coté tradichonnel. Sarè pè sen què lè Valdotèn i tégnon tan a la fèya de Sent Ors è la considéon lo sembole pleu emportàn dè lloi identitó.

Teste écrì pè Alexis Bétemps

Décharger le texte

La fèya dè Sent Ors

Document pdf (181 KByte)

Ita

La Foire de saint Ours

C’est sans doute la plus grande fête et manifestation valdôtaine. Pendant deux jours, en plein hiver, beau temps ou mauvais temps, des milliers et de milliers de visiteurs s’entassent dans les rues d’Aoste pour admirer et, éventuellement, acheter les produits des artisans valdôtains. Ces deux jours, mélangés aux différentes langues du monde, nous pouvons encore entendre la musique de tous nos différents patois valdôtains. La foire occupe désormais, une bonne partie des rues et des places de la Ville. De foire du bois elle est devenue une grande foire tout court, avec toute sorte de marchandises. Plusieurs s’en plaignent mais, probablement, cela est inscrit dans les temps : quand on dit foire… Les artisans qui s’inspirent encore de l’ancienne tradition et utilisent le bois, la pierre, le fer et la laine pour réaliser leurs produits et leurs œuvres d’art, occupent encore les anciens espaces qui vont de l’Arc d’Auguste à la Place Chanoux. Depuis une cinquantaine d’années, la foire ne fait que croître et se développer. De manifestation spontanée elle s’est transformée en une organisation complexe qui mobilise des centaines de personnes aux compétences différentes. A côté du moment commercial, un côté culturel et récréatif s’est ajouté. A la foire de saint Ours chacun peut désormais trouver ce qu’il cherche…
Mais cela n’a pas toujours été ainsi…
La foire de Saint-Ours est millénaire, dit-on. En réalité les documents les plus anciens qui la citent sont du XIIIème siècle : un parchemin de 1243 qui parle d’une foire « curieuse » se déroulant le 31 janvier et un manuscrit de 1303 qui évoque une foire de six jours se déroulant à Aoste, trois jours avant et trois après la Saint-Ours. Ne connaissant pas exactement la date de naissance de la foire on peut raisonnablement avancer l’hypothèse que notre foire est née autour de l’an 1000, quand l’économie a eu un fort développement et de nombreuses foires importantes sont nées un peu partout en Europe. Mais la légende nous dit qu’elle est née au VIIIème siècle, donc bien avant l’an 1000, quand saint Ours commença à distribuer des sabots aux pauvres du quartier…
Ce n‘est qu’à partir de la moitié du XIXème siècle que nous avons des nouvelles certaines de notre foire. Les premières informations (1857) nous parlent d’une petite foire qui ne durait qu’une demi journée mais vers la fin du siècle, grâce aussi à une forte politique de promotion des « petites industries » locales, promue par le Comice Agricole » elle reprit, petit à petit, de l’envergure. Elles a subi au moins trois interruptions : lors des deux guerre mondiales, pour des raisons compréhensibles, et pendant la période fasciste, victime de l’intolérance. Mais son grand essor commence avec l’Autonomie de notre Vallée. De foire aux outils elle devient une foire d’artisanat et d’art sans toutefois renoncer à ses caractéristiques anciennes. C’est peut-être pour cela que les Valdôtains s’y reconnaissent et ont fait de la foire de saint Ours leur moment identitaire par excellence.

Texte écrit par Alexis Bétemps

Fra

La Foire de saint Ours

C’est sans doute la plus grande fête et manifestation valdôtaine. Pendant deux jours, en plein hiver, beau temps ou mauvais temps, des milliers et de milliers de visiteurs s’entassent dans les rues d’Aoste pour admirer et, éventuellement, acheter les produits des artisans valdôtains. Ces deux jours, mélangés aux différentes langues du monde, nous pouvons encore entendre la musique de tous nos différents patois valdôtains. La foire occupe désormais, une bonne partie des rues et des places de la Ville. De foire du bois elle est devenue une grande foire tout court, avec toute sorte de marchandises. Plusieurs s’en plaignent mais, probablement, cela est inscrit dans les temps : quand on dit foire… Les artisans qui s’inspirent encore de l’ancienne tradition et utilisent le bois, la pierre, le fer et la laine pour réaliser leurs produits et leurs œuvres d’art, occupent encore les anciens espaces qui vont de l’Arc d’Auguste à la Place Chanoux. Depuis une cinquantaine d’années, la foire ne fait que croître et se développer. De manifestation spontanée elle s’est transformée en une organisation complexe qui mobilise des centaines de personnes aux compétences différentes. A côté du moment commercial, un côté culturel et récréatif s’est ajouté. A la foire de saint Ours chacun peut désormais trouver ce qu’il cherche…
Mais cela n’a pas toujours été ainsi…
La foire de Saint-Ours est millénaire, dit-on. En réalité les documents les plus anciens qui la citent sont du XIIIème siècle : un parchemin de 1243 qui parle d’une foire « curieuse » se déroulant le 31 janvier et un manuscrit de 1303 qui évoque une foire de six jours se déroulant à Aoste, trois jours avant et trois après la Saint-Ours. Ne connaissant pas exactement la date de naissance de la foire on peut raisonnablement avancer l’hypothèse que notre foire est née autour de l’an 1000, quand l’économie a eu un fort développement et de nombreuses foires importantes sont nées un peu partout en Europe. Mais la légende nous dit qu’elle est née au VIIIème siècle, donc bien avant l’an 1000, quand saint Ours commença à distribuer des sabots aux pauvres du quartier…
Ce n‘est qu’à partir de la moitié du XIXème siècle que nous avons des nouvelles certaines de notre foire. Les premières informations (1857) nous parlent d’une petite foire qui ne durait qu’une demi journée mais vers la fin du siècle, grâce aussi à une forte politique de promotion des « petites industries » locales, promue par le Comice Agricole » elle reprit, petit à petit, de l’envergure. Elles a subi au moins trois interruptions : lors des deux guerre mondiales, pour des raisons compréhensibles, et pendant la période fasciste, victime de l’intolérance. Mais son grand essor commence avec l’Autonomie de notre Vallée. De foire aux outils elle devient une foire d’artisanat et d’art sans toutefois renoncer à ses caractéristiques anciennes. C’est peut-être pour cela que les Valdôtains s’y reconnaissent et ont fait de la foire de saint Ours leur moment identitaire par excellence.

Texte écrit par Alexis Bétemps

Ce site permet de vous envoyer les «cookies» (témoins de connexion) tiers. Si vous acceptez l'utilisation des «cookies» cliquez sur OK, si vous souhaitez plus d'informations ou vous voulez refuser votre consentement allez à la page d'information.

Page d'information