O mot dou més : « fouec »

22 juin 2016

(patoué dé Bretsón)

Bientó, comme vot a traditsión, le net da Val d'Ohta i saràn alenà éntó le fouec avià so le montagne pé a féhta dé Sén Jean ou dé Sén Pière é Paul[1].

Un co, i y iron le djoen di veladjo qu'i pénsaon a ié fère. I tchertchaon totte sorte dé matériél, én démandèn i djen ou finque én robèn, é i tserdaon o pocht djeucht : douque l'ouse pouchù-sé quiéré bén é, ou mémo tén, louénts di piante qu'i l'aròn pouchù tchapé fouec.[2]

Ou lon dou tén, tsi fouec qu'i brujaon d'itchatén l'an terà l'atentsión dé moué dé tchertcheur, echtonà dé troé dé pratécque moué sémbiabie un tso daperteut én Éouroppa.[3]

I son dé viéye traditsión, qu'i son nachù, y é pa dé doutte, dévan qué Jézù Cri. L'ehproa no la dona o famous antropologue anglé, James Frazer, vents o cho lévro The Golden Bough. El ou no prèdja dé témouagnadjo ehcreut dou VIII° siécle douque non lèi qué a Guija crichtiana l'a tchertchà dé énterdire le fouec perquè ié véae comme dé traditsión payenne.[4] Fa pa donca prehté fèi ou fè qu'ou non dona le non di Sént.

Sélón l'etnologue Arnold Van Gennep[5], tsi rituél intron vents a catégoria di fouec qu'i sé répetton touì y an vents eunna méma périodde. Én tsou cas, saròn dé sérémogne pé o solstise d'itchatén é o sicle qu'ou vat fran dou djor dé Sén Jean (24 dé jouén) ou djor dé Sén Pière é Paul, eunna périodda moué émportanta pé l'agriqueulteurra.

O cour dé tsa traditsión y é o fouec, élémèn qué, ou mémo tén, l'é bon dé tchatsé le grame tchoze, é dé teré o bén perquè ren bona a tèra.

Sélón cahquie éntérprétatsión, le fouec saròn finque comme dé manire dé éntcharmé[6] a tèra, o tén é le piante perquè i sémbion ou soroi.[7]

S'i quieuttén un momèn y echteugguio di saèn é aitén diquié guiòn le djen, poén dehquevrì d'atre téorie so l'orijinne dé tsa traditsión. Cahcùn ou pénsa qu'i son guiettà a pechta dou XVIIo siécle é ou fé qu'i l'aon manca dé couénté tsi qu'i y iron éncorra én véa. Pé d'atre y é, ou contrére, eunna rajón fran pi pratécca : o fouec l'amatsa le béhte qu'i vahton le tchamp.[8]

Dacohte y éntérprétatsión, s'i l'aitén o patoué i troén dé tchoze acheu éntéréssante. Én éffé, le diférèn patoué l'an troà dé non é dé echprèsión particuyé pé tsi fouec. Le pi simpio son tsi dou janre fouà de Sen Djouàn/de Sen Piére, « fouec dé Sén Jean/ dé Sén Pière », qu'i son impià én moué dé quemeunne outor d'Ohta (pér éjémpio é Charvensod é Gressan), ma co é Introd.

Ou contrére, l'ichtouére dé d'atre non l'é pi complécà. L'é o cas, pér éjémpio, dé boudéra (Brusson), abédole (Ayas), bouidèrotsi[9] (Champorcher), budoe/abudoe[10] (Arnad), bedderouve[11] (Champdepraz), qu'i sé troon én Basa Val, é dé bedouye (Saint-Marcel), booudouye (Fénis), bideuye (Verrayes), qu'i troén i quemeunne da Mouayenna Val[12]. A iour orijinne saret eunna rich jermanécca *BALD[13], « coradjous », qu'a l'é a l'orijinne acheu dou vièi fransé bald, « contèn » é di mot én tayàn baldanza, baldoria é baldo. Tsi non, donca, beutton én rélief o caratére jouayeu da traditsión (é l'é pa un cas sé a lénga franséza a l'impia l'echpréssión feux de joie).

D'atre non qu'i sé troon vents le nohtre patoué son farandouye[14] é flandouye[15], pér éjémpio vents le prèdjé dé Fontainemore é dé Brissogne é dé Quart. Tsou co tsé, le non i son guiettà a coulour rossa dou fouec. L'étimolojì no porta ou mot grec PHAROS[16], « faro », qu'a l'é probabiemèn a l'orijinne co dé l'ajétif énfarà, « ros, énfiamà », qu'ou sé troa, pér éjémpio, vents o patoué dé Bretsón.

Pé levré, d'atre mot éntéressàn son flamayoù (Étroubles) é fasella (Fontainemore). Pé o premì, fa pénsé, l'é belle sur, a fiamma. O sécòn, ou contrére, l'at eunna énterprétatsión pi maléna. Poret ése guiettà i fachine qu'ou non impia pé avié le fouec ou peurra ou fé dé ié éntéché...

Én touì le cas, corra i vo aiteu peu outor le net dou 24 ou dou 29 dé jouén pé vo régalé én aitèn le montagne totte alenà, récorde-vò dé pénsé a totte y ichtouére qu'i sé catchon dérì eunna traditsión qu'a sémbiéret parì simpia.



[1] A traditsión d'avié dé fouec pé Sén Jean saret, ou sémbia, pi viéya qué pa pé o djor dé Pière é Sén Pol. Van Gennep (1949) dona moué dé éjémpio dé tchandjemèn dé djor pé dé rajón dé comodo. Non pou vére, a tsou propó, BETEMPS, A. (2010) Traditions populaires. Én AA.VV. Saint-Christophe (pp. 295-317). Saint-Christophe : Tip. Duc.

[2] BETEMPS, A. (2010) Traditions populaires. Én AA.VV. Saint-Christophe (pp. 295-317). Saint-Christophe : Tip. Duc.

[3] FRAZER, J. (1922). The Golden Bough. A study in magic and religion. Vol II. London : Mcmillan (trad. tayana Il ramo d'oro. Studio sulla magia e la religione, Boringhieri, Turin, 1973). 935

[4] Ibid.

[5] VAN GENNEP, A. (1949) Manuel du folklore français contemporain. Tome premier. VoI.4. Paris : A. et J. Picard.

[6] FRAZER. Op. cit.994

[7] Van Gennep (Op. cit. p. 1922) néa tsétta éntérprétatsión qu'a vièn, sélón sé, d'eunna idé tro « echteugguià » pé eunna traditsión parì viéya.

[8] MUNIER, L. (1986). Les feux de joie. Folklore suisse. Bulletin de la Société suisse des Traditions populaires, 76e année, 57-59.

[9] GLAREY, M. (2011). Dictionnaire du patois de Champorcher. Saint-Christophe : Tip. Duc.

[10] Bureau Régional pour l'Ethnologie et la Linguistique - Région autonome Vallée d'Aoste, Atlas des patois valdôtains, én trén dé ése réalizà.

[11] MUNIER. Op. cit.57-59.

[12] Ibid.

[13] FEW XV/I 32

[14] CHENAL, A. VAUTHERIN, R. (1997). Nouveau dictionnaire de patois valdôtain. Quart : Musumeci éditeur.

[15] MUNIER. Op. cit.57-59.

[16] FEW VIII 368b