Cherchez

Dictionnaire

Contenus du site

Multimédia

Textes en patois

Documents

Marianna dou Mentchoou

Commune: Valgrisenche
Catégorie: Ethnologie

Marianna, Ma-Jozé é Pièe Meleun séyàn tréi fréye d’an groousa fameuille, é reustàn su ou Mentchoou.
Pièe l’eu moo l’an 1954, to solette su léi ou Mentchoou. Can l’èi maladdo l’alaa su an groousa rotse é soouraa eunna corna ; de Borgà lo senjàn é l’alàn su lo èidjéi.
Ma-Jozé s’eu mariée é l’eu iérua ba i Mondendze.
Marianna s’eu pa mariée. Pe vivre l’èi renque caque fèya é an vatse, féijeu de petchoou petchoou fromadzo… De tsatèn reustaa su i Féise é portaa dou coou pe dzor lo laséi de la vatse i Meillaa, to su eun poouyà… Adón corjàn peu… A la feun de la sèizón lèi baillàn peu daa oou tréi fontinne.
Marianna l’èite an sente fenna ; eun ditte que l’eu llié que l’a fa féye l’aratouéro dou Plaré-de-l’Ar. Protso de si aratouéro y et an rotse pléya de crouéi marquée deussù. Caqueun pense que séyàn de signe de la Seregoga… pou se féye que sussan lléizue a Marianna… Can Marianna l’èi dzovéya dejeut alléi éviéi le pra euncó de natte, é paséi de natte pe salle poste l’èi pa peu tan dzen : eun véjeu todzoo de fouà. Te le véjeu méi t’arrevaa jamé a le-z-accapéi…
Marianna l’èite an fenna bièn pieuza, méi que l'alaa é tornaa pe portéi lo laséi i Meillaa dijeu todzoo lo tsapelette é prèyaa todzoo pe le soldà moo eun guèra.
Capitaa que de dzovéyo tchéica malonéto lèi féijàn de djestre pe lèi féye pouéye : l'aviàn de petchoou fouà pe lèi féye crèye que y èite la Seregoga, méi Marianna l'èyeu tellamente de foué que lèi baillaa gneunca fèi.
Eun coou, méi que tornât i méicho, le dzovéyo que l'oujàn lèi féye le djestre l'an vu que dou-z-ommo s'approtchant de Marianna: se véjeu que l'éyàn de movéze-z-euntenchón, tan que le dzovéyo l'an prèi pouéye.
Seyàn presta pe aléi queriéi secour, méi to d'eun coou, l'an vu totte a l'euntoo de Marianna eun mouéi é eun mouéi de soldà que la protedjàn !
Le dou brigàn, épouvantà, son partì i galoppe é se son paméi fa vére ; é sont issà le dzovéyo, si coou, a avèi prèi an gran pouéye.
Marianna, tranquilla, l'eu tornée i méicho. La priée l'a sovée-là !
Marianna dou Mentchoou l’eu morta l’an ‘47, i Mondendze, perqué a la feun reustât i méicho avouéi Ma-Jozé.

Ecouter le texte

Décharger le texte

Marianna dou Mentchoou

Document pdf (118 KByte)

Ita

Marianna del Menthieu

Marianna, Marie-José e Pierre Moulin erano tre fratelli di una numerosa famiglia che abitava a Menthieu.
Pierre morì nel 1954, in solitudine, lassù a Menthieu. Quando era ammalato, saliva su di uno sperone roccioso e suonava il corno; da Beauregard lo sentivano e salivano per soccorrerlo.
Marie-José si era sposata ed era scesa a Mondanges.
Marianna era nubile. Per vivere allevava alcune pecore e una mucca, fabbricava dei formaggi piccoli piccoli… In estate abitava a Fèise e, due volte al giorno, portava il latte della sua mucca fino a Meillaa percorrendo una ripida salita… A quei tempi si camminava parecchio… A fine stagione le davano due o tre fontine.
Marianna era una santa donna; si narra che fosse lei ad aver fatto costruire l’edicola votiva di Plaré-de-l’Ar. Accanto a questa edicola c’è una roccia con tantissime croci incise. Alcuni pensano a segni malefici…può darsi fossero da collegare a Marianna… chissà…
Da giovane Marianna doveva andare ad irrigare i prati anche di notte e, transitare in quei luoghi cupi, non era affatto rassicurante : si scorgevano sempre dei fuochi. Li vedevi, ma non riuscivi mai ad afferrarli…
Marianna era una donna molto devota; mentre andava e tornava per trasportare il latte a Meillaa, recitava sempre il rosario pregando per i soldati morti in guerra.
A volte succedeva che dei ragazzi un po’ malandrini le facessero degli scherzi per spaventarla: accendevano dei fuocherelli per farle credere in una presenza malefica, ma Marianna aveva una fede così grande che non dava retta a questi fatti.
Una volta, mentre rincasava, quei giovanotti burloni scorsero due uomini che si avvicinavano a Marianna: si vedeva che erano dei malintenzionati e si spaventarono. Stavano per andare a cercare aiuto, ma ad un tratto videro intorno a Marianna tantissimi soldati che la proteggevano!
I due briganti, terrorizzati, partirono correndo e non si fecero più vedere; stavolta furono i giovanotti a prenderesi un bello spavento.
Marianna, tranquilla, tornò a casa sua. La preghiera l’aveva salvata!
Marianna del Menthieu morì nel 1947 a Mondanges in casa di sua sorella Maria-José presso la quale aveva trascorso gli ultimi anni della sua vita.

Fra

Marianne du Menthieu

Marianne, Marie-José et Pierre Moulin étaient trois frères d’une famille nombreuse et ils habitaient au hameau de Menthieu.
Pierre mourut en 1954, en solitude, là-haut à Menthieu. Lorsqu’il était malade, il allait sur un gros rocher et il jouait du cor ; de Beauregard on l’entendait et on montait pour l’aider.
Marie-José s’était mariée et elle était descendue aux Mondanges.
Marianne était célibataire. Pour sa survie, elle n’avait que quelques moutons et une vache, elle fabriquait de petits fromages… En été, elle habitait aux Fèise et, deux fois par jour, elle portait le lait de sa vache au Meillaa parcourant une raide montée… À l’époque, on marchait beaucoup… La saison terminée, on lui donnait deux ou trois fontines.
Marianne était une sainte femme ; on raconte que c’est elle qui fit bâtir l’oratoire du Plaré-de-l’Ar. À côté de cet oratoire il y a un rocher gravé de plusieurs croix. Quelqu’un pense que ce seraient les signes d’un sabbat… peut-être qu’ ils sont liés à Marianne…va savoir… Quand Marianne était jeune, elle devait aller arroser les prés la nuit aussi et, parcourir ces lieux dans le noir, n’etait pas très rassurant : on apercevait toujours des feux. Tu les voyais, mais tu n’arrivais pas à les attraper…
Marianne était une femme très pieuse : à l’allée et au retour de la consigne du lait au Meillaa, elle égrenait toujours son chapelet et elle priait pour les soldats morts en guerre.
Il arrivait que des jeunes malhonnêtes lui jouaient des tours pour l’effrayer : ils allumaient des petits feux pour lui faire croire que c’était un sabbat , mais Marianne avait une foi si grande qu’elle ne leur prêtait aucune attention.
Un jour, pendant qu’elle rentrait chez elle, ces jeunes badins virent deux hommes s’approcher de Marianne : on voyait bien qu’ils avaient de mauvaises intentions et ils s’épouvantèrent.
Ils étaient prêts à aller chercher du secours, quand tout à coup ils virent autour de Marianne un grand nombre de soldats qui la protégeaient !
Les deux malfaiteurs, effrayés, décampèrent précipitamment et ne revinrent jamais plus ; cette fois ce furent les jeunes à être saisis par la frayeur.
Marianne rentra tranquille chez elle. La prière l’avait sauvée !
Marianne du Menthieu mourut en 1947 à Mondanges où elle avait vécu pendant les dernières années de sa vie, chez sa sœur Marie-José

Ce site permet de vous envoyer les «cookies» (témoins de connexion) tiers. Si vous acceptez l'utilisation des «cookies» cliquez sur OK, si vous souhaitez plus d'informations ou vous voulez refuser votre consentement allez à la page d'information.

Page d'information