Cherchez

Dictionnaire

Contenus du site

Multimédia

Textes en patois

Documents

Lo vaoulo de Pon Pon

Commune: Aoste
Catégorie: Contes pour enfants

Lo premì rayoùn de solèi areuvve a perché la nite, greumpeuille su l’oséàn, colatte lo loun di greup é dépasse le montagne. A la feun, aprì eun loun iveur, la Téra de la llasse torne a llouire.
Pon Pon veun i mondo fran i comensemèn de si étsatèn. Saoute foura de son out é sopatte la tita pe se libéré d’eun bocoùn de crouize blochà d’entor di cou.
« Queun non lèi baillen-dzó ? Semble eun pompòn », di mamma peungoueun eun l’eumbrachèn bièn for contre son sen.
« Lamo bièn Pon Pon. Lèi baillèn fran si non », barbotte pappa peungoueun. « Lo lamo co mé », crie Gremechiye, la séraou pi granta.
Euntre ten Pon Pon se dibà de la mamma, tossèi é tsertse de martsé to solet.
« L’è fran eunna tita duya comme té ! », dzeunte mamma eun prégnèn lo vaoulo pe fété. Le peungoueun, adoùn, d’eun si vioù ten, l’iyan bon a vaoulé é, a la pouente di dzor, se cayavon pe l’er é faoulatavon pe lo siel.
Pon Pon crèisave é voillè tot aprende. A la feun areuvve lo dzor d’entré a l’icoula de vaoulo.
« Mi saré-tì preste ? L’è-tì pa tro pégno ? », di pappa eun toutèn le lenette.
« Mi plànta-la lé ! Lèicha-lo crèite ! », repoùn mamma eun sopatèn le-z-ale.
Madama Vol-au-vent, la métressa, se lanse deun le danse, pren a cou Pon Pon, lèi sourì eun débatèn se loundze parpiye oranje é lo prézente i-z-atre compagnoùn. Le premì dzor de l’écoula Pon Pon éteudje bièn é aprèn to sen que servèi pe vaoulé. Areuvve lo dzor que Madama Vol-au-vent porte le petchoù su eun balcoùn de llasse.
« L’è l’aouva de vaoulé ! Rappelade-vó que lo vaoulo l’è grase é éléganse : ivrade le-z-ale é lambade comme l’ouva, é aprì ià… eun siel ». Madama Vol-au-vent partèi comme eunna fezetta, disparèi dérì lo solèi, viounde comme euna berioula é torne se pozé protso di petchoù. Pon Pon l’avèitche avouì le joué épatà.
« Voualà ! Totse a vo », di Madama eun fièn eunna dzenta revéranse é eun soulevèn son petchoù tsapì de sèya violetta.
Le petchoù comenchon a lambé é a avanché. Saoutoun ba, se relèvon é lambon torna. Plan plan, eun aprì l’atro, qui bièn qui mal, tcheut prègnon lo vaoulo. Pon Pon lambave, tsertsave de ivrì le-z-ale, tsambotave, mi l’iye pa bon de se dipeillì de téra.
« Senque acapite-tì ? Véyèn djica… ». La métressa controle la situachoùn, teurie é ézamine le-z-ale de Pon Pon. Eun si momàn areuvvon mamma é pappa é la métressa leur di : « Semble tot a poste, mi Pon Pon l’è pa bon a vaoulé ».
Pon Pon torne tcheu le dzor a l’écoula, prouve é reprouve a vaoulé, mi la lèi fé pa. Madama Vol-au-vent lo eumbrachave é lèi contave le dzeste di gran vaoulo di peungoueun esplorateur. Pon Pon s’achatave su la llasse é levave la tita i siel. Véyave que se-z-amì allavon comme de fezette, si é ba a tita poueunte. Adoùn soupirave é imajinave d’itre rapido comme Superpeungoueun, son éró estampà su sa maille.
Eun dzor Pon Pon, achatà protso de Gremechiye a avèitché se-z-amì que vaoulavon, sentèi eunna vouise : « O secour, o secour ! ».
Se veurie de briva é vèi eun énormo bétchoùn de triquèque totte équipà pe la natachoùn eun tren de moillé sa grousa di dedeun l’éve.
« Qui t’i ? Senque te fé ? ». « Mé si Pompeo - repón site avouì la vouise trémblanta - é si pa bon de nadzé ! Voudrio aprende mi n’i eunna pouiye totta rodze de l’éve ! ».
Le mostatse se corbon, se toute to le-z-estremèn de la natachoùn é baille campa i plaouvo.
« Pensa que mé si pa bon de vaoulé », soupire Pon Pon.
Pompeo s’achatte protso de Pon Pon é de Gremechiye. « É beun, séilla no sen eun mouì a pa savèi vaoulé… », di eun s’avèitchèn a l’entor. Eun groupe de foque l’iye eun tren a dzoyé a balloùn pe l’éve é dou Krill, que portavon eun kimono de Judo, l’iyan eun tren de s’euntréné pe se défendre di bitche férose.
« Ouè, l’è vrèi, mi mé si eun peungoueun, bougro ! ».
Pompeo lo comprégnave. Tcheu se frére triquèque nadzavon fran bièn é l’iyan bon de tsassé su la téra é pe la mer.
« Ommo, allèn fére eunna promenade ! », di Gremechiye. « Ioù allen-nó ? ». Pon Pon se léve eun pià, avèitche l’orizòn é, eun solevèn l’ala, di : « Su lé ! », é moutre la Valaye de cristal.
« I-teu mat ? L’è llouèn. Mamma me rogne », di Pompeo.
« Se lo frére de mé se beutte eun tita eunnna bagga, tsandze pa idé. Mé si presta », di Gremechiye eun se levèn.
« Adoùn va bièn », di Pompeo avouì le mostatse que tremblavon.
Le trèi se beutton eun martse, traverson la Borna-di-Dzèivro é poyon su lo Volcàn-de-Llasse. Can entron deun la Valaye de cristal reston éblouì : eun arcansiel de totte le couleur s’épatave su totta la valaye.
« L’è mervèilleu ! », di Gremechiye. « N’i vaoulà meulle cou deussù si poste sensa jamì m’arrété. Pensavo maque a allé de briva ».
Le trèi-z-amì comenchon a dzoyé. Cherdon le cristal pi dzen eun le beuttèn eun su l’atro pe construire eun tsatì majique ioù de dragón, de sirène, de majisièn é de pèissoùn fantasteucco bataillavon é dansavon. Eun dzor mervèilleu !
Dèi adoùn le trèi-z-amì tornon sovèn deun la Valaye di cristal é tsaque cou eunventon de baggue nouve de leur mondo de couleur.
Lo solèi, euntre ten, fiave son tsemeun é l’étsatèn arevave a sa feun.
« Can lo Volcàn-de-Llasse veun soumbro, l’ou dére que l’iveur saré bièn fret ». Savèn Peungoueun avèitche la faoula devàn llu é di : « N’arèn pa praou a pequé, no fodré émigré. Pe boneur no sen de-z-aviateur esper ! ». Mamma é pappa de Pon Pon s’avèitchon tracachà : pousson cheur pa vaoulé eun portèn leur mèinà su le-z-épale, son obledjà de s’arété deun la Téra de la llasse é de fére fase a l’iveur.
Pon Pon, i contréro, l’iye contèn de pa pédre son amì Pompeo. Eun dzor, can le trèi-z-amì l’iyan étandù deun la Valaye di cristal a mioulé le couleur di siel, Gremechiye di : « Èidzo pi mé pappa é mamma. Vaoulo pi co pe té. Trouèn pi praou sen que no permè de survivre ». Mi Gremechiye sayè d’étre pégna é que le-z-ale de lleu l’iyan pa praou forte pe posèi vaoulé pe le-z-ourible tampite de l’iveur.
É triquèque djounte : « Co mé vo-z-èidzo pi ». Mi llu l’iye pa bon de nadzé é n’ayè pa eun’atra fasoùn pe regrevé a pequé. Tsèi lo silanse deun la Valaye di cristal.
Lo dzor di dépar le peungoueun vignon salué Pon Pon, mamma, pappa é Gremechiye. Tcheu portavon le pèissoùn pi bon pe le-z-èidzé a passé l’iveur loun é fret.
Le peungoueun l’iyan tcheu prest pe vaoulé. Savèn Peungoueun baille eun poteun a la téra que lamave bièn. Madama Vol-au-vent eumbrache for Pon Pon eun lèi promettèn de torné i pi vitto. Pouì s’en va ver lo siel que se eumplèi de poueun ner que vaoulavon ver lo tsâte.
Pon Pon martse tanque i bor de la llasse eun le-z-avèitchèn. Pouì se veurie é vèi mamma, pappa é Gremechiye eumbrachà bièn for. Djica pi llouèn, Pompeo fiave semblàn de nadzé avouì sa mascra de sub. Pon Pon baille eun cou de jouè a la mer d’eun bleu fonchà. Adoùn teurie lo fla é saoute. L’éve dzalaye lèi colave su la pi choueudze. To de suite l’a pouiye, mi aprì se patte se ivron é lo fan alé eun devàn grachaou é levet. Le patte lo fan nadzé rapido comme eun pèissoùn !
Djeusto que lo vèyon alé pe l’éve, mamma, pappa é Gremechiye lèi van dérì. « Pon Pon atten-nó ! ».
Pompeo, to solet su la llasse, crie for : « Vaouloooo ! », é saoute co llu pe l’éve. Va ba, ba, ba é vèi Pon Pon que sourì é vaoulatte a l’entor de llu. Dedeun la mer Pon Pon retrouve le couleur de la Valaye di cristal é comprèi que fran site sarè son nouvo moundo fantasteucco.
Dèi si dzor le peungoueun l’an aprèi a nadzé é a accapé pe la mer to sen que lèi dzouye.

Ecouter le texte

Décharger le texte

Lo vaoulo de Pon Pon

Document pdf (187 KByte)

Ita

Le vol de Pon Pon

Le premier rayon de soleil perça la nuit, grimpa au-delà de l’océan, glissa le long des crevasses et dépassa les montagnes. Enfin, après le long hiver, la Terre des Glaces resplendissait à nouveau.
Pon Pon naquit au début de cet été-là. Il sortit de son œuf et secoua la tête pour se débarrasser d’un morceau de coquille qui s’était coincé autour de son cou.
« Comment l’appelons-nous ? On dirait un pompon » dit maman pingouin en le serrant contre sa poitrine.
« J’aime Pon Pon. On l’appellera ainsi » grogna papa Pingouin.
« J’aime aussi ! » dit Pelote, sa sœur aînée.
Entre-temps, Pon Pon s’était dégagé des bras de maman, il toussait et essayait de marcher tout seul.
« Il est vraiment têtu comme toi » ajouta maman en prenant son envol pour fêter la naissance.
En effet en ce temps lointain les pingouins savaient voler et lorsque la lumière arrivait, ils s’élançaient dans l’air et voltigeaient dans le ciel.
Pon Pon grandissait et voulait tout apprendre. Enfin le jour arriva où il entra à l’école de vol.
« Peut-être est-il encore trop petit ! » dit papa en ôtant ses lunettes.
« Arrête » dit maman en secouant ses ailes, « Laisse-le grandir ».
Madame Vol-au-vent, l’institutrice, esquissa un pas de danse, prit Pon Pon dans ses bras, lui sourit en battant ses cils orange et le présenta à ses camarades. À l’école Pon Pon étudia beaucoup et apprit tout ce qu’il lui fallait pour voler. Le jour arriva ou madame Vol-au-vent porta les petits sur un balcon de glace.
« Il est temps de s’envoler ! Rappelez-vous que le vol est grâce et légèreté : ouvrez vos ailes et courez comme le vent. Ensuite allez… dans le cieeeel ». Madame Vol-au-vent partit comme une fusée, disparut dans le soleil, fit une pirouette comme une toupie puis s’arrêta à nouveau près des petits. Pon Pon la regarda les yeux écarquillés « Voilà, maintenant c’est à vous ! » dit Madame en faisant une révérence et en ôtant son joli chapeau en soie violette.
Les petits commencèrent à courir et à s’élancer en avant. Ils tombaient, se relevaient et couraient à nouveau. Doucement, l’un après l’autre, tous prirent leur premier envol. Pon Pon courait, essayait d’ouvrir les ailes, trébuchait mais il n’arrivait pas à se détacher du terrain.
« Que se passe-t-il ? Voyons un peu… ». L’institutrice vérifia la situation, étira les ailes de Pon Pon et les soupesa. À ce moment maman et papa arrivaient à l’école et l’institutrice leur dit :
« Tout va bien, il me semble, mais Pon Pon n’arrive pas à voler ».
Pon Pon revint chaque jour à l’école, essaya maintes fois de s’envoler, mais il n’y arriva pas.
Madame Vol-au-vent le serrait dans ses bras et lui racontait les exploits des Pingouins explorateurs. Assis sur la glace, Pon Pon levait la tête au ciel : il voyait ses amis filer comme des fusées, monter et descendre en piqué. Alors il soupirait et s’imaginait être rapide comme Superpingouin, son héros préféré, imprimé sur son t-shirt.
Un jour, assis près de Pelote pour observer ses amis qui volaient, Pon Pon entendit une voix : « Au secours ! Au secours ! ».
Pon Pon se tourna brusquement et vit un petit morse avec une grande ceinture de sauvetage, un bonnet de bain. Il trempait ses dents dans l’eau.
« Qui est-tu ? Que fais-tu ? ».
« Je suis Pompeo - répondit-il d’une voix tremblante - Je sais pas nager ! J’aimerais apprendre mais dans l’eau j’ai le trac ! ».
Ses moustaches baissèrent, il ôta sa ceinture et fondit en larmes.
« Moi je n’arrive pas à voler, penses-tu », soupira Pon Pon.
Pompeo s’assit tout près de Pon Pon et de Pelote.
« Eh bien, ici on est plusieurs à ne pas voler… » dit-il en regardant autour de lui.
Une équipe de phoques faisait du water-polo et deux Krills en veste de judo s’entraînaient pour se défendre des animaux de proie.
« C’est vrai, mais je suis un pingouin, tout de même ! ».
Pompeo comprenait Pon Pon. Tous ses frères étaient de très bons nageurs et savaient chasser aussi bien sur la terre ferme qu’en mer.
« Viens, on va faire une promenade » dit Pelote.
« Et on va où ? » demanda Pompeo.
Pon Pon se leva, regarda l’horizon, souleva une aile : « Là-haut », dit-il en montrant la Vallée des cristaux.
« T’es fou ? C’est trop loin. Maman va me gronder ! », dit Pompeo.
« Si mon frère a décidé de faire quelque chose il ne changera pas d’idée. Je viens avec toi » dit Pelote en se levant.
« OK » soupira Pompeo la moustache tremblante.
Les trois se mirent en marche, traversèrent le Cratère du Gel et gravirent le Volcan de Glace.
Lorsqu’ils furent entrés dans la Vallée des cristaux, ils n’arrivèrent pas à en croire leurs yeux : un arc-en-ciel de couleurs inondait la vallée.
« Quelle merveille ! » dit Pelote. « J’ai survolé cet endroit maintes fois mais je ne me suis jamais arrêtée ».
Les trois amis commencèrent à s’amuser. Ils choisirent les plus beaux cristaux pour les coincer les uns dans les autres. Il bâtirent un château magique qui fut leur Palais Royal où dragons, sirènes, magiciens et poissons magiques luttaient et dansaient.
Ce fut une journée inoubliable.
Depuis, les trois amis revinrent souvent dans la Vallée des cristaux et, chaque fois, ils inventaient un nouveau morceau de leur monde en couleur.
Pendant ce temps le soleil parcourait son chemin et l’été touchait à sa fin.
« Lorsque le Volcan de Glace commence à s’assombrir, cela signifie que l’hiver va être très froid ». Pingouin Savant regarda la foule devant soi et ajouta : « On ne trouvera pas assez de nourriture. Il faudra migrer. Heureusement que nous sommes de très bons aviateurs ».
Les parents de Pon Pon étaient soucieux : ils ne pouvaient certainement pas voler avec leur enfant sur le dos ; ils seraient obligés de rester dans la Terre des Glaces et de faire face à l’hiver.
Pon Pon, au contraire, était content, il n’aurait pas perdu son ami Pompeo.
Un jour, alors que les trois amis étaient étendus dans la Vallée des Cristaux et regardaient les couleurs du ciel, Pelote dit :
« Moi j’irai aider papa et maman. Je volerai aussi pour toi. On trouvera de la nourriture et on y arrivera ». Mais Pelote savait bien qu’elle était petite et que ses ailes n’étaient pas aussi fortes pour voler au milieu des affreuses tempêtes d’hiver.
Et Morse ajouta : « Moi aussi j’irai vous aider ». Mais il ne savait pas nager et il n’y avait pas d’autre moyen pour se procurer de la nourriture. Le silence tomba dans la Vallée des Cristaux.
Le jour du départ les pingouins vinrent saluer Pon Pon, maman, papa et Pelote. Tout le monde portait un cadeau pour les aider à franchir le long hiver : un soufflé de calmars, des crabes grillés, des anchois en escabèche.
Les pingouins étaient rangés et prêts à s’envoler. Pingouin Savant embrassa la terre qu’il aimait tant. Madame Vol-au-vent embrassa fort Pon Pon : « Au revoir ! On reviendra bientôt ». Ensuite elle s’envola, tout le monde la suivit et le ciel se remplit de point noirs qui volaient vers des endroit plus chauds.
Pon Pon marcha jusqu’au bord de la banquise et les suivit des yeux. Puis il regarda derrière soi : maman, papa et Pelote se serraient les uns contre les autres. Un peu plus loin Pompeo portait un masque sous-marin e faisait semblant de nager.
PonPon regarda la mer : elle était bleu foncé. Alors il fit un profond soupir et fit un grand saut.
Il sentit l’eau froide qui coulait sur sa peau douce. Pour un instant il eut peur, mais tout de suite ses pattes s’ouvrirent et le poussèrent doucement, c’étaient de formidables nageoires et Pon Pon était en train de nager très rapidement !
Dès que Pon Pon plongea, maman, papa et Pelote le suivirent.
« Attends-nous Pon Pon ! ».
Pompeo resté seul sur la banquise poussa un grand cri : « Je voooole » et plongea lui aussi dans l’eau. Il pénétra en profondeur et vit Pon Pon qui voltigeait et lui souriait. Dans la mer Pon Pon retrouva les couleurs de la vallée des cristaux : il comprit que c’était son nouveau monde magique.
Depuis ce jour-là les pingouins apprirent à nager et à se procurer dans la mer toute la nourriture dont ils ont besoin.

Fra

Le vol de Pon Pon

Le premier rayon de soleil perça la nuit, grimpa au-delà de l’océan, glissa le long des crevasses et dépassa les montagnes. Enfin, après le long hiver, la Terre des Glaces resplendissait à nouveau.
Pon Pon naquit au début de cet été-là. Il sortit de son œuf et secoua la tête pour se débarrasser d’un morceau de coquille qui s’était coincé autour de son cou.
« Comment l’appelons-nous ? On dirait un pompon » dit maman pingouin en le serrant contre sa poitrine.
« J’aime Pon Pon. On l’appellera ainsi » grogna papa Pingouin.
« J’aime aussi ! » dit Pelote, sa sœur aînée.
Entre-temps, Pon Pon s’était dégagé des bras de maman, il toussait et essayait de marcher tout seul.
« Il est vraiment têtu comme toi » ajouta maman en prenant son envol pour fêter la naissance.
En effet en ce temps lointain les pingouins savaient voler et lorsque la lumière arrivait, ils s’élançaient dans l’air et voltigeaient dans le ciel.
Pon Pon grandissait et voulait tout apprendre. Enfin le jour arriva où il entra à l’école de vol.
« Peut-être est-il encore trop petit ! » dit papa en ôtant ses lunettes.
« Arrête » dit maman en secouant ses ailes, « Laisse-le grandir ».
Madame Vol-au-vent, l’institutrice, esquissa un pas de danse, prit Pon Pon dans ses bras, lui sourit en battant ses cils orange et le présenta à ses camarades. À l’école Pon Pon étudia beaucoup et apprit tout ce qu’il lui fallait pour voler. Le jour arriva ou madame Vol-au-vent porta les petits sur un balcon de glace.
« Il est temps de s’envoler ! Rappelez-vous que le vol est grâce et légèreté : ouvrez vos ailes et courez comme le vent. Ensuite allez… dans le cieeeel ». Madame Vol-au-vent partit comme une fusée, disparut dans le soleil, fit une pirouette comme une toupie puis s’arrêta à nouveau près des petits. Pon Pon la regarda les yeux écarquillés « Voilà, maintenant c’est à vous ! » dit Madame en faisant une révérence et en ôtant son joli chapeau en soie violette.
Les petits commencèrent à courir et à s’élancer en avant. Ils tombaient, se relevaient et couraient à nouveau. Doucement, l’un après l’autre, tous prirent leur premier envol. Pon Pon courait, essayait d’ouvrir les ailes, trébuchait mais il n’arrivait pas à se détacher du terrain.
« Que se passe-t-il ? Voyons un peu… ». L’institutrice vérifia la situation, étira les ailes de Pon Pon et les soupesa. À ce moment maman et papa arrivaient à l’école et l’institutrice leur dit :
« Tout va bien, il me semble, mais Pon Pon n’arrive pas à voler ».
Pon Pon revint chaque jour à l’école, essaya maintes fois de s’envoler, mais il n’y arriva pas.
Madame Vol-au-vent le serrait dans ses bras et lui racontait les exploits des Pingouins explorateurs. Assis sur la glace, Pon Pon levait la tête au ciel : il voyait ses amis filer comme des fusées, monter et descendre en piqué. Alors il soupirait et s’imaginait être rapide comme Superpingouin, son héros préféré, imprimé sur son t-shirt.
Un jour, assis près de Pelote pour observer ses amis qui volaient, Pon Pon entendit une voix : « Au secours ! Au secours ! ».
Pon Pon se tourna brusquement et vit un petit morse avec une grande ceinture de sauvetage, un bonnet de bain. Il trempait ses dents dans l’eau.
« Qui est-tu ? Que fais-tu ? ».
« Je suis Pompeo - répondit-il d’une voix tremblante - Je sais pas nager ! J’aimerais apprendre mais dans l’eau j’ai le trac ! ».
Ses moustaches baissèrent, il ôta sa ceinture et fondit en larmes.
« Moi je n’arrive pas à voler, penses-tu », soupira Pon Pon.
Pompeo s’assit tout près de Pon Pon et de Pelote.
« Eh bien, ici on est plusieurs à ne pas voler… » dit-il en regardant autour de lui.
Une équipe de phoques faisait du water-polo et deux Krills en veste de judo s’entraînaient pour se défendre des animaux de proie.
« C’est vrai, mais je suis un pingouin, tout de même ! ».
Pompeo comprenait Pon Pon. Tous ses frères étaient de très bons nageurs et savaient chasser aussi bien sur la terre ferme qu’en mer.
« Viens, on va faire une promenade » dit Pelote.
« Et on va où ? » demanda Pompeo.
Pon Pon se leva, regarda l’horizon, souleva une aile : « Là-haut », dit-il en montrant la Vallée des cristaux.
« T’es fou ? C’est trop loin. Maman va me gronder ! », dit Pompeo.
« Si mon frère a décidé de faire quelque chose il ne changera pas d’idée. Je viens avec toi » dit Pelote en se levant.
« OK » soupira Pompeo la moustache tremblante.
Les trois se mirent en marche, traversèrent le Cratère du Gel et gravirent le Volcan de Glace.
Lorsqu’ils furent entrés dans la Vallée des cristaux, ils n’arrivèrent pas à en croire leurs yeux : un arc-en-ciel de couleurs inondait la vallée.
« Quelle merveille ! » dit Pelote. « J’ai survolé cet endroit maintes fois mais je ne me suis jamais arrêtée ».
Les trois amis commencèrent à s’amuser. Ils choisirent les plus beaux cristaux pour les coincer les uns dans les autres. Il bâtirent un château magique qui fut leur Palais Royal où dragons, sirènes, magiciens et poissons magiques luttaient et dansaient.
Ce fut une journée inoubliable.
Depuis, les trois amis revinrent souvent dans la Vallée des cristaux et, chaque fois, ils inventaient un nouveau morceau de leur monde en couleur.
Pendant ce temps le soleil parcourait son chemin et l’été touchait à sa fin.
« Lorsque le Volcan de Glace commence à s’assombrir, cela signifie que l’hiver va être très froid ». Pingouin Savant regarda la foule devant soi et ajouta : « On ne trouvera pas assez de nourriture. Il faudra migrer. Heureusement que nous sommes de très bons aviateurs ».
Les parents de Pon Pon étaient soucieux : ils ne pouvaient certainement pas voler avec leur enfant sur le dos ; ils seraient obligés de rester dans la Terre des Glaces et de faire face à l’hiver.
Pon Pon, au contraire, était content, il n’aurait pas perdu son ami Pompeo.
Un jour, alors que les trois amis étaient étendus dans la Vallée des Cristaux et regardaient les couleurs du ciel, Pelote dit :
« Moi j’irai aider papa et maman. Je volerai aussi pour toi. On trouvera de la nourriture et on y arrivera ». Mais Pelote savait bien qu’elle était petite et que ses ailes n’étaient pas aussi fortes pour voler au milieu des affreuses tempêtes d’hiver.
Et Morse ajouta : « Moi aussi j’irai vous aider ». Mais il ne savait pas nager et il n’y avait pas d’autre moyen pour se procurer de la nourriture. Le silence tomba dans la Vallée des Cristaux.
Le jour du départ les pingouins vinrent saluer Pon Pon, maman, papa et Pelote. Tout le monde portait un cadeau pour les aider à franchir le long hiver : un soufflé de calmars, des crabes grillés, des anchois en escabèche.
Les pingouins étaient rangés et prêts à s’envoler. Pingouin Savant embrassa la terre qu’il aimait tant. Madame Vol-au-vent embrassa fort Pon Pon : « Au revoir ! On reviendra bientôt ». Ensuite elle s’envola, tout le monde la suivit et le ciel se remplit de point noirs qui volaient vers des endroit plus chauds.
Pon Pon marcha jusqu’au bord de la banquise et les suivit des yeux. Puis il regarda derrière soi : maman, papa et Pelote se serraient les uns contre les autres. Un peu plus loin Pompeo portait un masque sous-marin e faisait semblant de nager.
PonPon regarda la mer : elle était bleu foncé. Alors il fit un profond soupir et fit un grand saut.
Il sentit l’eau froide qui coulait sur sa peau douce. Pour un instant il eut peur, mais tout de suite ses pattes s’ouvrirent et le poussèrent doucement, c’étaient de formidables nageoires et Pon Pon était en train de nager très rapidement !
Dès que Pon Pon plongea, maman, papa et Pelote le suivirent.
« Attends-nous Pon Pon ! ».
Pompeo resté seul sur la banquise poussa un grand cri : « Je voooole » et plongea lui aussi dans l’eau. Il pénétra en profondeur et vit Pon Pon qui voltigeait et lui souriait. Dans la mer Pon Pon retrouva les couleurs de la vallée des cristaux : il comprit que c’était son nouveau monde magique.
Depuis ce jour-là les pingouins apprirent à nager et à se procurer dans la mer toute la nourriture dont ils ont besoin.

Ce site permet de vous envoyer les «cookies» (témoins de connexion) tiers. Si vous acceptez l'utilisation des «cookies» cliquez sur OK, si vous souhaitez plus d'informations ou vous voulez refuser votre consentement allez à la page d'information.

Page d'information