Cherchez

Dictionnaire

Contenus du site

Multimédia

Textes en patois

Documents

La renoille Verdin-a

Commune: Aoste
Catégorie: Contes pour enfants

Protso di mayèn de l’onclle Djémeun n’ayè eun dzen petchoù laque ioù le vatse eun tsan s’abéavon. Lo laque l’iye pa tan grou é lèi vequeussavon de dzente trouite é eunna grousa fameuille de renoille. La pi pégna de la fameuille, Verdin-a, possave pa cllérié lo bou que tcheu le dzor vignave s’abéé avouì le vatse.
« L’è pa pousiblo - diave euntrì lleu - que seutta beurta bitche fusse pi grousa que mé ! Eun dzor ou l’atro lèi fìo-poui vére mé qui l’è lo pi grou de no dou ! ». Le-z-atre renoille, eun la sentèn prédzé totta soletta, possavon pa fére a mouèn de riye é lèi diavon : « Verdin-a, te pou pa prétendre d’étre grousa comme llu. Llu l’è nèissù bou, té eunna renoille. Beutta lo queur eun pise, te pouré jamì vin-ì grousa comme lo bou ! », mi Verdin-a baillave pa fèi a salle parolle é s’en allave ià pe pamì vére si moustro de bou.
Eun dzor, lo mateun, djeusto que lo solèi étsaoudave, lo bou l’è arrevà s’abéé comme la coutimma. La renoille, ipataye su eun beurio a l’atendre, l’a avèitcha-lo plen-a de maleusse é l’a de-lèi : « Aya te fio vére mé qui de no dou l’è lo pi grou ! ». É l’a comenchà a bèire d’éve. Aprì eun momàn l’a deut i-z-atre renoille : « Adoùn, aya qui l’è lo pi grou de no dou ? ». Le renoille, tracassaye pe sa réachoùn, l’an répondi-lèi : « Lo bou, comme todzor… ». Eun sentèn salla repounsa, Verdin-a l’a recomenchà a bèire. Aprì eunna boun-a pouza, l’a demandà : « É aya ? Qui de no dou l’è lo pi grou ? ». Le-z-atre renoille l’an répondi-lèi que lo bou l’iye todzor lo pi grou é adoùn Verdin-a, énervaye, l’a contenevà a cayé ba d’éve tanque son ventro l’è stchopà é lo bou, que l’iye gnenca apersu-se de salla crouè renoille, l’è tornà a son troupé.
Lo moundo l’è plen de dzi que soun pa pi feun que seutta renoille :
le reutso voulon batì le mitcho comme le gran ségneur,
tcheu le petchoù preunse l’an de-z-ambasadeur,
tcheu le marquì voulon de valet.

Librement inspiré à la fable La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf de J. de La Fontaine

Ecouter le texte

Décharger le texte

La renoille Verdin-a

Document pdf (187 KByte)

Ita

La grenouille Vert d’eau

Tout près de la ferme de l’oncle Germain, il y avait un joli petit lac où les vaches, au pâturage, allaient s’abreuver. Dans ce lac vivaient de belles truites et une nombreuse famille de grenouilles. La cadette, Vert d’eau, n’aimait pas le bœuf qui, chaque jour, venait se désaltérer avec les vaches.
« Je ne supporte pas – disait-elle – que cette bête vilaine soit plus grosse que moi ! Tôt ou tard je vais lui faire voir qui est le plus gros de nous deux ! ».
Les autres grenouilles, en l’écoutant débagouler, ne pouvaient pas s’empêcher de rire et lui disaient : « Vert d’eau… tu ne peux pas prétendre d’être grosse comme lui. Toi, tu es une grenouille et lui, il est né bœuf. Cherche à te faire une raison, tu ne pourras jamais devenir grosse comme lui ! ».
Mais Vert d’eau ne croyait pas à ces mots et elle partait loin de là pour ne plus voir ce monstre de bœuf.
Un beau jour, le matin, lorsque le soleil commençait à chauffer, le bœuf arriva, comme d’habitude, au bord du lac pour boire. La grenouille, couchée sur un rocher, l’attendait ; elle le regarda d’un air menaçant et lui dit : « Maintenant je vais te montrer qui d’entre nous est le plus gros ! ». Et elle a commencé à boire, à boire. Après quelques instants, elle a demandé aux autres grenouilles : « Alors… maintenant qui est le plus gros de nous deux ? ».
Les grenouilles, se faisant pas mal de soucis sur sa réaction, lui ont répondu : « Le bœuf, comme d’habitude… ». A ces paroles, Vert d’eau a repris à boire, à boire. Après pas mal de temps, elle demanda : « Et maintenant ? Qui est le plus gros de nous deux ? ». Les autres grenouilles lui répondirent que le bœuf était évidemment le plus gros et la grenouille, en colère, persista à se remplir d’eau jusqu’à ce que son ventre explosa. Le bœuf n’avait même pas aperçu la petite grenouille et il partit vers son troupeau.

Le monde est bondé de gens qui ne sont pas plus rusés que cette grenouille :
Les riches veulent bâtir la même maison que celle d’un grand seigneur
Tous les petits princes ont des ambassadeurs
Tous les marquis veulent des serviteurs

Librement inspiré à la fable La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf de J. de La Fontaine

Fra

La grenouille Vert d’eau

Tout près de la ferme de l’oncle Germain, il y avait un joli petit lac où les vaches, au pâturage, allaient s’abreuver. Dans ce lac vivaient de belles truites et une nombreuse famille de grenouilles. La cadette, Vert d’eau, n’aimait pas le bœuf qui, chaque jour, venait se désaltérer avec les vaches.
« Je ne supporte pas – disait-elle – que cette bête vilaine soit plus grosse que moi ! Tôt ou tard je vais lui faire voir qui est le plus gros de nous deux ! ».
Les autres grenouilles, en l’écoutant débagouler, ne pouvaient pas s’empêcher de rire et lui disaient : « Vert d’eau… tu ne peux pas prétendre d’être grosse comme lui. Toi, tu es une grenouille et lui, il est né bœuf. Cherche à te faire une raison, tu ne pourras jamais devenir grosse comme lui ! ».
Mais Vert d’eau ne croyait pas à ces mots et elle partait loin de là pour ne plus voir ce monstre de bœuf.
Un beau jour, le matin, lorsque le soleil commençait à chauffer, le bœuf arriva, comme d’habitude, au bord du lac pour boire. La grenouille, couchée sur un rocher, l’attendait ; elle le regarda d’un air menaçant et lui dit : « Maintenant je vais te montrer qui d’entre nous est le plus gros ! ». Et elle a commencé à boire, à boire. Après quelques instants, elle a demandé aux autres grenouilles : « Alors… maintenant qui est le plus gros de nous deux ? ».
Les grenouilles, se faisant pas mal de soucis sur sa réaction, lui ont répondu : « Le bœuf, comme d’habitude… ». A ces paroles, Vert d’eau a repris à boire, à boire. Après pas mal de temps, elle demanda : « Et maintenant ? Qui est le plus gros de nous deux ? ». Les autres grenouilles lui répondirent que le bœuf était évidemment le plus gros et la grenouille, en colère, persista à se remplir d’eau jusqu’à ce que son ventre explosa. Le bœuf n’avait même pas aperçu la petite grenouille et il partit vers son troupeau.

Le monde est bondé de gens qui ne sont pas plus rusés que cette grenouille :
Les riches veulent bâtir la même maison que celle d’un grand seigneur
Tous les petits princes ont des ambassadeurs
Tous les marquis veulent des serviteurs

Librement inspiré à la fable La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf de J. de La Fontaine

Ce site permet de vous envoyer les «cookies» (témoins de connexion) tiers. Si vous acceptez l'utilisation des «cookies» cliquez sur OK, si vous souhaitez plus d'informations ou vous voulez refuser votre consentement allez à la page d'information.

Page d'information