Cherchez

Dictionnaire

Contenus du site

Multimédia

Textes en patois

Documents

La tséivra è li set tsèvrèi

Commune: Champorcher
Catégorie: Contes pour enfants

Oun cou ire na tséivra què avéive set tsèvrèi.
Oun dzor la tséivra va vià pè lou bouc tsertséi da meundzéi ma, dèvàn què sourtéi rècoumande i sén petchout : « Ivréide gneun la porta a gnonc… tsé a l’ountor y et oun beur loi què vèi pa l’éra dè meundzéi-nou ! ».
La momma y è djeu féra acàn li tsèvrèi sentèisoun beséi a l’eus : - toc, toc - è na ouè grousiri fét : « Ivréide tsit eus ! ». Li petchout sè n’acorzoun sebeut què y è pa la leur momma : la ouè y è tro grousa è y è pa parì què prèdze la leur momma, asseu éivroun pa. Lou loi countuneuvve a tabatséi ma li tsèvrèi lli fan pa a men.
Dè què lou loi, tot eunrabià, dasedde dè far-se vènéi na ouè pi tchéra è vat avouói oun améis què lli denne na bolla courèillà dè mi. Atoù la botsi pièina lou loi torne atacà di tsèvrèi : - toc, toc -. Lou pi dagourdéi di tsèvrèi avétche féra è vèi-tì pa na grousa pata totta nèiri soi lou rèdèn dè la béra ? Ah na ! Y è pa la momma !
Lou loi, féra dè totte lè gratse, bourbóte : « Ah ! Bougrou dè tsèvrèi, y è-tì gneun mouyèn dè tchapé-vou ? Atèn a mè ». Vat dè coursa eun tsi lou melenì è… on, do, trèi… plouff..., lou loi sè tèque deun la fareunna.
Bianc coumèn la nèi, torne beséi a l’eus : - toc, toc - Tsi cou tsé li tsèvrèi, eun vèyèn dè joulèye pioute biantse, son sègoira què y è la momma è éivroun la porta.
Lou loi soite deun, coumèn na fezetta. Li tsèvrèi apreutsoun dè touóit couté ma, eun oun batre d’euill, la beurta bitchi lè tchape touóit, on aprì l’atrou : Touénou i cantón di piillou, Frèisón dèzò la tabia, Frioulén deun lou fournet, Vernécca dèzò la stadjéri, Moufletta dèrì la porta, Pourtsèlén deun lè pièye di ridò… djeu Pichipot, lou pi petchout, sè lése pa brinqué : y è catchà deun lou péndoulou !
Oun mouentén aprì la momma areuvve… Què dizastrou ! La mèizón y è totta tsen damòn dèzot… ma di tsèvrèi… pa dè pèdzén ! La poura momma sè beutte a brèilléi, a damandé-le a bi tor : « Touénou ! Frèisón ! Frioulén ! Vernécca ! Moufletta ! Pourtsèlén ! Pichipot ! » ma y è gnonc què rapont. A fortsi dè sentéi lou sén non lou petchout Pourtsèlén veun féra di pendoulou è conte a la momma tsen què y a capetà.
La tséivra è lou tsèvrèi perdoun pa ten, van tsertséi lou loi è… lou trévoun-tì pa eundreméi i tchi dè na pianta, atoù la botsi iverta, lou véntrou confiou coumèn in ourrou è la lenva dè féra ?
« Y è lou mouèn bon », déi la tséivra piàn piàn per gneun davèilléi lou loi. Sensa deurre ni on ni do, tchape lè trouzéire, fent lou véntrou di loi, di fon eun tseumma è… Touénou, Frèisón, Frioulén, Vernécca, Moufletta è Pourtsèlén soitoun féra veust è tot euntchir ! Franc a tsi mouèn éque a la tséivra lli veunt eun men na baga : fé tseugnou i tsèvrèi dè gneun fare dè tapadzou è déit : « Maque veuttou ! Alade préne dè bèriou è eumpyizéide lou véntrou di loi euntrèmèn què dromme… dzo aprì llè-lou quézou pi torna ! », è parì fan.
Na bréiva aprì lou loi sè davèille eun froutèn-se lou véntrou è déit : « Si bén pourou ! Què beurta sèi ! Dz’i la fèi què y an rita-me soi l’atomma sizi grami tsèvrèi ! ». Atoù la pél di véntrou totta bèndai, lou lòi va tsertséi d’évi, djeu què, acàn sè tchine soi lou bor di pots, lou pèis di bèriou lou trèpille dzoi è creubbie coumèn oun pión deun l’évi... Plaff !
La tséivra è li tsèvrèi què y an viói la fén di loi, sóitoun è dantsoun to countèn : « Hé, hé ! Lou loi y è crèpaa ! Fezèn fita fénque dèmàn ! ».

Rita Decime, Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome II, Histoires d’animaux, Musumeci Editeur, Quart (Ao) 1984

Ecouter le texte

Décharger le texte

La tséivra è li set tsèvrèi

Document pdf (183 KByte)

Ita

L'histoire des sept chevreaux

Il était une fois une chèvre avec sept chevreaux. Un jour maman chèvre va chercher à manger dans le bois mais, avant de partir, elle recommande à ses petits : « N’ouvrez la porte à personne, il y a dans les alentours un méchant loup qui n'attend rien d'autre que de nous manger ».
A peine la maman est-elle sortie, que les chevreaux entendent frapper à la porte – toc, toc - une grosse voix dit: « Ouvrez la porte ! ».
Les petits s'aperçoivent tout de suite que ce n'est pas leur maman : la voix est trop forte et il n’a pas du tout les mêmes manières. Ça frappe, ça frappe, le loup insiste, mais les chevreaux ne l'écoutent pas.
Alors le loup, très en colère, décide d’adoucir sa voix. Il va chez un ami lui emprunter du miel. La bouche pleine d’une belle cuillerée, il revient trouver les chevreaux et : toc, toc…
En entendant frapper à la porte, le chevreau le plus malin, s’approche de la fenêtre et entrevoit une grosse patte toute noire posée sur le rebord.
Cette fois encore, ils s'aperçoivent que ce n'est pas leur maman.
Le loup, fou de rage, murmure : « Malins de chevreaux, pas moyen de vous avoir ! ».
Il décide alors d'aller chez le meunier. Un, deux, trois… plouff ! Le loup saute dans la farine.
Blanc comme neige, il revient frapper à la porte - toc, toc - cette fois-ci les chevreaux, croyant que c'est leur maman, ouvrent la porte. Le loup entre et, rapide comme le vent, il réussit à tous les attraper, l'un après l'autre : Touéno au coin de la cuisine, Fressón sous la table, Friouleun dans le poêle, Verneucca sur le buffet, Mofletta derrière la porte, Poursoleun parmi les rideaux, sauf Pichipot, le plus petit, qui est allé se cacher dans la pendule.
Après un moment la maman revient. Quel désastre ! La maison est sens dessus dessous... mais pas l’ombre des chevreaux.
Alors elle commence à les appeler un par un - « Touéno ! Fressón ! Friouleun ! Verneucca ! Mofletta ! Poursoleun ! Pichipot ! », mais personne ne répond.
A force d’entendre son nom, le plus petit sort de la pendule et lui raconte ce qui s'est passé.
Maman chèvre et le chevreau vont à la recherche du loup.
Ils le trouvent endormi au pied d'un arbre, la bouche ouverte, le ventre plein et la langue pendue. « C’est le moment d’intervenir », chuchote maman chèvre. Avec des ciseaux elle lui coupe le ventre et voilà Touéno, Fressón, Friouleun, Verneucca, Mofletta et Porsoleun sortent, sains et saufs. Enfin maman chèvre a une idée, elle ordonne aux chevreaux : « Vite ! Vite ! Allez prendre des pierres et remplissez le ventre du loup. Moi je recoudrai son ventre ! ».
Le loup, après un moment, se réveille. En frottant son ventre il dit : « Zut ! Je meurs de soif. Je crois ne pas avoir bien digéré ces chevreaux ». La peau du ventre bien tendue, il va chercher de l'eau au puits, mais quand il se penche sur le trou, le poids des pierres le font - Plouff ! - tomber dedans.
Maman chèvre et les chevreaux, qui ont vu la triste fin du loup, sont très contents : « Youpi, youpi, le loup est tombé, faisons fête jusqu’à demain ! ».

Tiré de : Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome II, Histoires d’animaux, Rita Decime, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

Fra

L'histoire des sept chevreaux

Il était une fois une chèvre avec sept chevreaux. Un jour maman chèvre va chercher à manger dans le bois mais, avant de partir, elle recommande à ses petits : « N’ouvrez la porte à personne, il y a dans les alentours un méchant loup qui n'attend rien d'autre que de nous manger ».
A peine la maman est-elle sortie, que les chevreaux entendent frapper à la porte – toc, toc - une grosse voix dit: « Ouvrez la porte ! ».
Les petits s'aperçoivent tout de suite que ce n'est pas leur maman : la voix est trop forte et il n’a pas du tout les mêmes manières. Ça frappe, ça frappe, le loup insiste, mais les chevreaux ne l'écoutent pas.
Alors le loup, très en colère, décide d’adoucir sa voix. Il va chez un ami lui emprunter du miel. La bouche pleine d’une belle cuillerée, il revient trouver les chevreaux et : toc, toc…
En entendant frapper à la porte, le chevreau le plus malin, s’approche de la fenêtre et entrevoit une grosse patte toute noire posée sur le rebord.
Cette fois encore, ils s'aperçoivent que ce n'est pas leur maman.
Le loup, fou de rage, murmure : « Malins de chevreaux, pas moyen de vous avoir ! ».
Il décide alors d'aller chez le meunier. Un, deux, trois… plouff ! Le loup saute dans la farine.
Blanc comme neige, il revient frapper à la porte - toc, toc - cette fois-ci les chevreaux, croyant que c'est leur maman, ouvrent la porte. Le loup entre et, rapide comme le vent, il réussit à tous les attraper, l'un après l'autre : Touéno au coin de la cuisine, Fressón sous la table, Friouleun dans le poêle, Verneucca sur le buffet, Mofletta derrière la porte, Poursoleun parmi les rideaux, sauf Pichipot, le plus petit, qui est allé se cacher dans la pendule.
Après un moment la maman revient. Quel désastre ! La maison est sens dessus dessous... mais pas l’ombre des chevreaux.
Alors elle commence à les appeler un par un - « Touéno ! Fressón ! Friouleun ! Verneucca ! Mofletta ! Poursoleun ! Pichipot ! », mais personne ne répond.
A force d’entendre son nom, le plus petit sort de la pendule et lui raconte ce qui s'est passé.
Maman chèvre et le chevreau vont à la recherche du loup.
Ils le trouvent endormi au pied d'un arbre, la bouche ouverte, le ventre plein et la langue pendue. « C’est le moment d’intervenir », chuchote maman chèvre. Avec des ciseaux elle lui coupe le ventre et voilà Touéno, Fressón, Friouleun, Verneucca, Mofletta et Porsoleun sortent, sains et saufs. Enfin maman chèvre a une idée, elle ordonne aux chevreaux : « Vite ! Vite ! Allez prendre des pierres et remplissez le ventre du loup. Moi je recoudrai son ventre ! ».
Le loup, après un moment, se réveille. En frottant son ventre il dit : « Zut ! Je meurs de soif. Je crois ne pas avoir bien digéré ces chevreaux ». La peau du ventre bien tendue, il va chercher de l'eau au puits, mais quand il se penche sur le trou, le poids des pierres le font - Plouff ! - tomber dedans.
Maman chèvre et les chevreaux, qui ont vu la triste fin du loup, sont très contents : « Youpi, youpi, le loup est tombé, faisons fête jusqu’à demain ! ».

Tiré de : Conte pe le petchoù de inque - Contes pour les enfants d’ici - Tome II, Histoires d’animaux, Rita Decime, Musumeci Éditeur, Quart (Ao) 1984

Ce site permet de vous envoyer les «cookies» (témoins de connexion) tiers. Si vous acceptez l'utilisation des «cookies» cliquez sur OK, si vous souhaitez plus d'informations ou vous voulez refuser votre consentement allez à la page d'information.

Page d'information