Tsertsa

Dichonéo

Contenù di site

Multimédià

Teste eun patoué

Documàn

L’aràgn dé Pellisson

Quemeun-a: Bretsón
Catégorì: Conte pe le mèinoù

Ou y ira un co ven pé eunna prijón da Franse un prijonié qu’ou l’ae non Pellisson. Belle s’ou y ira émbouettà i l’aon lacha-ie vardé o cho violìn. Corra ou sonae, ou y ira eun aragn qu’ou vénae contùn sé pozé so l’arquet.
Un djor Pellisson dit o garde da prijón : « I sèi pa solet vents a mià tchambra… i sén én douch ! ».
« Comèn pe én douch ? », ou ié démanda echtonà o garde.
O prijonié ou ié rehpògn tranquille én réèn : « Oi, i sén én douch », é entrechtàn ou pren o violìn é ou sé bétta a soné.
L’aràgn, comme d’acohtuma, déchèn dé l’aragnà é ou sé vat a pozé so l’arquet dé Pellisson. O garde, séntsa réflechì, ou vi tsa béhte é l’agnaca.
Poro Pellisson, dé tsou djor la ou l’a vénì malado dé tchagrìn. O garde, apré tsa folérà, l’at ichtà punì perquè ou l’ae gavà o prijonié a cha soletta compagnà.

Tiré de : Histoire de Roje Ga l - Texte proposé par Adelina Roulet de La Thuile

Acoutì lo teste

Détsardjì lo teste

L’aràgn dé Pellisson

Documàn pdf (169 KByte)

Ita

L’araignée de Pellisson

Il était une fois dans une prison de France un prisonnier qui s’appelait Pellisson : même s’il s’était retrouvé en prison, on lui avait accordé de pouvoir garder avec lui son violon. Lorsqu’il jouait un air, il y avait toujours une araignée qui venait se poser sur l’archet.
Un jour Pellisson dit au gardien de la prison : « Je ne suis pas seul dans ma chambre… nous sommes deux! ».
« Comment… vous êtes deux ? », lui demande surpris le gardien.
Le prisonnier réplique tranquillement, en souriant : « Oui, nous sommes deux ». Et en disant cela, il prend son violon et il se met à jouer.
L’araignée, comme d’habitude, descend à travers son fil et vient se poser sur l’archet de Pellisson. Le gardien, sans réfléchir, il tue la petite bête de ses mains…
Le pauvre Pellisson, dès ce jour-là, tomba malade de chagrin.
Le gardien, après sa bêtise, fut puni, puisque il avait privé le pauvre prisonnier de son unique compagnie : son geste fut jugé sévèrement !

Tiré de : Histoire de Roje Gal -Texte proposé par Adelina Roulet de La Thuile

Fra

L’araignée de Pellisson

Il était une fois dans une prison de France un prisonnier qui s’appelait Pellisson : même s’il s’était retrouvé en prison, on lui avait accordé de pouvoir garder avec lui son violon. Lorsqu’il jouait un air, il y avait toujours une araignée qui venait se poser sur l’archet.
Un jour Pellisson dit au gardien de la prison : « Je ne suis pas seul dans ma chambre… nous sommes deux! ».
« Comment… vous êtes deux ? », lui demande surpris le gardien.
Le prisonnier réplique tranquillement, en souriant : « Oui, nous sommes deux ». Et en disant cela, il prend son violon et il se met à jouer.
L’araignée, comme d’habitude, descend à travers son fil et vient se poser sur l’archet de Pellisson. Le gardien, sans réfléchir, il tue la petite bête de ses mains…
Le pauvre Pellisson, dès ce jour-là, tomba malade de chagrin.
Le gardien, après sa bêtise, fut puni, puisque il avait privé le pauvre prisonnier de son unique compagnie : son geste fut jugé sévèrement !

Tiré de : Histoire de Roje Gal -Texte proposé par Adelina Roulet de La Thuile

Si site permè de vo mandér d'atre «cookies» (témouèn de connéchón). Se vo asétade l'utilizachón di «cookies» cliccade su OK, se vo vouléde pi d'eunformachón ou vo vouléde refezé, alléde a la padze di-z-eunformachón.

Padze d'eunformachón