Cherchez

Dictionnaire

Contenus du site

Multimédia

Textes en patois

Documents

Le châtaignier et la récolte des châtaignes

Le châtaignier

1)  Les branches

2)  La branche à couper

3)  La branche fourchue

4)  Le tronc

5)  Le bourrelet de greffe

6)  Les drageons

7)  La base du tronc

En automne, toutes les châtaignes tombent des châtaigniers. Les bogues de certains châtaigniers sont fermées quand elles tombent et pour récolter les châtaignes, il faut battre les bogues. C'était le travail des femmes. Elles utilisaient le picahet (un maillet en bois spécial à tête plate) pour battre les bogues, jusqu'à ce que les châtaignes en sortent. Quand elles avaient fini, elles se servaient d'un râteau pour écarter les bogues et ramassaient les châtaignes. Les châtaignes battues étaient belles et grosses et se conservaient jusqu'au printemps.

Audio

Page 4

Par la voix de Giorgia

Page 6

Par la voix de Iris

Lé tsahtagne

Les châtaignes

1)  La bogue

2)  Les trois châtaignes dans leur bogue

3)  La châtaigne

4)  La châtaigne plate et vide

5)  La grosse châtaigne solitaire

Galerie photos

Audio

Page 8

Par la voix de Ephrem

Le picahet (maillet pour battre les châtaignes)

Le picahet est un petit outil qui ressemble un peu à un marteau, avec deux têtes plates une de chaque côté, et un manche central. Il est fabriqué en bois de châtaignier parce que c'est un bois dur qui ne se fend pas

Audio

Page 9

Par la voix de Michelle

Page 10

Par la voix de Ryan

Les pinces

En plaine, l'on utilisait le râteau pour mettre les bogues en tas. Là où il n'était pas possible de ratisser, dans les buissons par exemple ou, pire, dans les pierriers, on les ramassait avec les « ciseaux ».

L'on faisait deux ou trois tas et puis on les battait.

Galerie photos

Audio

Page 11

Par la voix de Ryan

Le Niàn

À Fontan-a Fevetta, se dresse un châtaignier que nos ancêtres appelaient le Niàn. Il donne d'excellentes châtaignes, parfaites pour griller. Quand nous égrenions le maïs, un membre de la famille laissait son travail de côté, le temps d'aller griller les châtaignes. Il en faisait cinq ou six poêlées pour les offrir à ceux qui égrenaient le maïs. Puis, tous mangeaient leurs châtaignes grillées en buvant un bon verre de vin.

Galerie photos

Audio

Page 13

Par la voix d'Amélie

Châtaigniers et châtaigniers sauvages

Pour qu'un châtaignier donne de bonnes châtaignes il faut qu'il soit greffé.

Les châtaignes des arbres sauvages sont plutôt insipides, elles ont moins de goût. Et elles ne se conservent pas longtemps, parce que le « ver de la châtaigne » les attaque plus facilement.

Galerie photos

Audio

Page 15

Par la voix de Michelle

Goyette, Verdéze et Ohtense

Les goyette

Les goyette sont de petites châtaignes bonnes à griller. Mon oncle Arduin allait les ramasser à Ronchas, où se trouvait un châtaignier appelé le Rissàn.

Les verdéze

Les verdéze sont de belles et grosses châtaignes à bouillir. Il faut les éplucher crues, les mettre dans une casserole, les couvrir d'eau et les faire cuire pendant une bonne demi-heure.

Elles étaient servies avec la soupe ou avec le babeurre. Le lait servait à fabriquer le beurre et le fromage et l'on ne gâchait rien.

Les ohtense

L'on appelait ohtense les châtaignes qui tombaient de bonne heure, dès la fin août. À Échallod, il n'y avait qu'un châtaignier d'ohtense, qui se trouvait à Gòi, derrière la butée du câble de débardage (installation servant à transporter le bois) du Creh.

Audio

Page 16

Par la voix de Claire

Page 18

Par la voix de Sandra

Page 19

Par la voix de Michelle

Sicore é couedde

Gauler les châtaignes

Il y a des années, quand les châtaignes étaient mûres, les hommes allaient les gauler. Ils prenaient une échelle en bois, une longue perche de mélèze et des chaussures à clous, qui servaient pour grimper sur les châtaigniers. Quand ils arrivaient aux branches, ils les secouaient en tapant sur les bogues avec la perche pour les faire toutes tomber.

Récolter les châtaignes

Ensuite, les femmes ramassaient les châtaignes et les mettaient dans un panier ou dans leur tablier. Quand ce dernier était plein, elles le vidaient dans un sac.

Quand on gaulait les châtaigniers, toutes les châtaignes tombaient en même temps et il n'était pas nécessaire de revenir sur place. Quand on ne les gaulait pas, les châtaignes tombaient un peu à la fois et il fallait refaire le tour souvent, pour éviter que quelqu'un les emporte.

La serpe et la serpe-pic 

En automne, la serpe servait à éclaircir le châtaignier et à éliminer les drageons.

Pour gauler les châtaignes, les hommes grimpaient sur le châtaignier à l'aide de la serpe-pic, qu'ils plantaient dans l'écorce pour se hisser debout sur les branches.

« Toc » fait la serpe-pic qu'on plante dans l'arbre !

Audio

Page 20

Par la voix d'Amélie

Page 21

Par la voix d'Amelia

Page 22

Par la voix d'Alice

Page 23

Par la voix de Michelle

Page 27

Par la voix de Michelle

Page 28

Par la voix de Michelle

Ce site permet de vous envoyer les «cookies» (témoins de connexion) tiers. Si vous acceptez l'utilisation des «cookies» cliquez sur OK, si vous souhaitez plus d'informations ou vous voulez refuser votre consentement allez à la page d'information.

Page d'information