Cerca

Dizionario

Contenuti del sito

Multimedia

Testi in patois

Documenti

A l’ombra di clloutsé

Comune: Valpelline
Categoria: Poesia

Ver la feun de l’iveur
Eun dzor de groussa nèi,
Comme na pégna rèise
Mè si nèisseuva lé
A dou pa di clloutsé.

Pappa avouì lo melette é la lloueudze
L’è aloù tsertsì la lévatrisse
I sondzón di veladzo :
Faillè fée vitto, câtchoueun bouéssae a la pourta de la via.

Que de-z-àn son passó !
É la mèizòn l’è euncó lé,
Macque dou-z-étselé pe lèi arrevé.
Lo solàn concoù é plen de gnaou,
La tsemin-où é lo comacllo,
Lo fornette sensa canne
É sensa sercllo
M’avèitche tott’ébaì.
La fèi l’ou me prèdzé :
« La poussa, la sitse é le-z-aagne
Se gavon to comme ren.
Ommo ! Tsertsa l’écaoua é eun croué pateun… »

Eun grou magón me pren,
Si mon vezadzo
Pa moyèn d’effasé le-z-ombre di ten…
Comme le-z-écouliye
La pégna rèise l’è arrevaye i fon de la tsariye.

Ascolta il testo

Scarica il testo

A l’ombra di clloutsé

Documento pdf (161 KByte)

Ita

À l’ombre du clocher

Vers la fin de l’hiver
Un jour où il neigeait beaucoup,
Comme une petite racine
Je suis née là
À deux pas du clocher.

Avec le mulet et le traineau
Papa est monté chercher la sage-femme
Tout en haut du village :
Il fallait faire vite, quelqu’un frappait à la porte de la vie.

Combien d’années se sont écoulées !
Et la maison est encore là,
Il suffit de faire deux marches pour y parvenir.
Le plancher ondulé et plein de nœuds,
La cheminée et la crémaillère,
Le poêle sans tuyaux
Et sans cercles
me regarde stupéfait.
Je crois qu’il veut me parler.
« La poussière, la suie et les araignées
S’en vont facilement.
Vite ! Va chercher le balai et un chiffon… »

La nostalgie s’empare de moi,
Sur mon visage
Impossible d’effacer les ombres du temps…
Comme les écouliye*
La petite racine est arrivée au bout de la ruelle.

Fra

À l’ombre du clocher

Vers la fin de l’hiver
Un jour où il neigeait beaucoup,
Comme une petite racine
Je suis née là
À deux pas du clocher.

Avec le mulet et le traineau
Papa est monté chercher la sage-femme
Tout en haut du village :
Il fallait faire vite, quelqu’un frappait à la porte de la vie.

Combien d’années se sont écoulées !
Et la maison est encore là,
Il suffit de faire deux marches pour y parvenir.
Le plancher ondulé et plein de nœuds,
La cheminée et la crémaillère,
Le poêle sans tuyaux
Et sans cercles
me regarde stupéfait.
Je crois qu’il veut me parler.
« La poussière, la suie et les araignées
S’en vont facilement.
Vite ! Va chercher le balai et un chiffon… »

La nostalgie s’empare de moi,
Sur mon visage
Impossible d’effacer les ombres du temps…
Comme les écouliye*
La petite racine est arrivée au bout de la ruelle.

*eaux d’arrosage qui se perdent au fond du pré

Questo sito consente l'invio di cookie di terze parti. Se acconsenti all'uso dei cookie fai click su OK, se vuoi saperne di piú o negare il consenso ai cookie vai alla pagina informativa.

Pagina informativa