Cerca

Dizionario

Contenuti del sito

Multimedia

Testi in patois

Documenti

Lo patouè é le nouile jénérachòn

Comune: Introd
Categoria: Linguaggi e linguistica

Euncó i dzor de vouì ll’a de mèinoù que a l’éyadzo de tri-z-àn, i moumàn de leur entroda a l’ecoula maternella, prèdzon renque patouè, belle se - a couza de la télévijòn é d’an sosiétó todzor pi italofonna - son dza a mimo de comprende, tan bièn que mal, l’italièn. Teteun le-z-adulte (a par coutche patouazàn militàn) l’an todzor tandanse a s’adrèché eungn italièn i petoù, de crente que hise dzoun-io valdotèn comprègnèyon po lo patouè. I dzor de vouì eungn effè la majoranse di dzi retchàn eunconsevoblo qu’eun mèinoù pousuche crèihe eun Valoda d’Ouha sensa cougnihe l’italièn ; é pai eun prèdze italièn a tcheu, eun particulié i mèinoù qu’eun cougnì po, eun contribuèn de heutta magnî a pouché euncó pi eun devàn lo fénomène de l’abandòn di patouè.
Dedeun hi conteste l’entroda a l’ecoula reprézente eun moumàn de rotteua avouì la queulteua francoprovensalla trasmettuya a mèizòn. No sen devàn a eun groù problème, que no-z-è ihó signaló da totte le fameuille patouazante que l’an de mèinoù : i moumàn de l’entroda a l’ecoula maternella lo patouè dzoye pomì gneun role dedeun la viya di mèinoù que, a par coutche moumàn dedià a la lenva fransèza (d’ayeur bièn varioblo selòn le metresse), se troue eunsérì dedeun eun conteste to italofonne.
Lo mèinoù ten adòn a pasé a l’italièn, mimo a mèizòn, avouì le paèn que l’an todzor prèdja-lèi patouè. Pe bièn de fameuille l’è an proua defesila é soèn le paèn pason a l’italièn eun pensèn, eun fèyèn pai, d’édjé lo mèinoù : d’an magnî eundiretta é probablemàn eunvolontéa beutton i contreo la signateua, eun tan que paèn, su leur fayita dedeun la trasmichòn i mèinoù di valeur culturelle, é déclaron de heutta magnî que la lenva trasmetuya canque adòn de la fameuille l’a bièn pocca de valeur pe rapor a halla que s’eumplèye a l’ecoula.
Lo meinoù viquèi adòn an crize profonda que meeteue selòn no eungn-z-éteudzo sèrieu, eun pensèn i consecanse que ho compourte su lo developpemèn a vin-ì de sa personalitó.

Ascolta il testo

Scarica il testo

Lo patouè é le nouile jénérachòn

Documento pdf (192 KByte)

Ita

Le francoprovençal et les nouvelles générations

II existe encore de nos jours des enfants qui sont monolingues francoprovençaux à l’âge de trois ans, au moment de l’entrée à l’école maternelle, quoique l’influence de la télévision et la présence de l’italien dans le tissu social leur donnent précocement des compétences passives dans cette langue. Les adultes cependant (hormis quelques patoisants militants), ont toujours tendance à s’adresser aux enfants en italien, de peur qu’ils ne comprennent pas le patois. De nos jours en effet la plupart des gens retient inconcevable que des enfants puissent grandir en Vallée d’Aoste sans connaître la langue italienne. On parle alors italien à tout le monde, en particulier aux enfants que l’on ne connaît pas, en contribuant ainsi d’avantage au phénomène de l’abandon de la langue francoprovençale.
Dans ce contexte, l’accès à l’école constitue un moment de coupure très fort avec la culture francoprovençale transmise à la maison. Le problème est de taille et nous a été signalé par toutes les familles patoisantes avec enfants : au moment de l’entrée à l’école maternelle, le francoprovençal ne joue plus aucun rôle dans la vie de l’enfant, qui se trouve inséré dans un univers complètement italophone, sauf quelques moments consacrés à la langue française (très variables d’ailleurs selon les enseignants).
L'enfant a alors tendance à basculer complètement dans l'italien, même à la maison avec les parents qui lui ont toujours parlé francoprovençal. Pour beaucoup de familles la preuve est rude et souvent les parents changent de code linguistique en faveur de l'italien, croyant par là faciliter l'enfant : d'une manière indirecte et probablement involontaire ils signent au contraire leur capitulation dans la transmission des valeurs culturelles à leur progéniture et affirment par là que le code linguistique transmis jusqu'alors par la famille a bien peu de valeur face à la langue d'usage à l'école. L'enfant vit alors un bouleversement profond qui mériterait à notre sens une étude sérieuse pour les conséquences que cela doit comporter dans le futur développement de sa personnalité.

Tiré de : Les nouveaux patoisants en Vallee d’Aoste - Étude anthropologique, Chritiane Dunoyer. Texte adapté par l’autrice pour Lo Gnalèi.

Fra

Le francoprovençal et les nouvelles générations

II existe encore de nos jours des enfants qui sont monolingues francoprovençaux à l’âge de trois ans, au moment de l’entrée à l’école maternelle, quoique l’influence de la télévision et la présence de l’italien dans le tissu social leur donnent précocement des compétences passives dans cette langue. Les adultes cependant (hormis quelques patoisants militants), ont toujours tendance à s’adresser aux enfants en italien, de peur qu’ils ne comprennent pas le patois. De nos jours en effet la plupart des gens retient inconcevable que des enfants puissent grandir en Vallée d’Aoste sans connaître la langue italienne. On parle alors italien à tout le monde, en particulier aux enfants que l’on ne connaît pas, en contribuant ainsi d’avantage au phénomène de l’abandon de la langue francoprovençale.
Dans ce contexte, l’accès à l’école constitue un moment de coupure très fort avec la culture francoprovençale transmise à la maison. Le problème est de taille et nous a été signalé par toutes les familles patoisantes avec enfants : au moment de l’entrée à l’école maternelle, le francoprovençal ne joue plus aucun rôle dans la vie de l’enfant, qui se trouve inséré dans un univers complètement italophone, sauf quelques moments consacrés à la langue française (très variables d’ailleurs selon les enseignants).
L'enfant a alors tendance à basculer complètement dans l'italien, même à la maison avec les parents qui lui ont toujours parlé francoprovençal. Pour beaucoup de familles la preuve est rude et souvent les parents changent de code linguistique en faveur de l'italien, croyant par là faciliter l'enfant : d'une manière indirecte et probablement involontaire ils signent au contraire leur capitulation dans la transmission des valeurs culturelles à leur progéniture et affirment par là que le code linguistique transmis jusqu'alors par la famille a bien peu de valeur face à la langue d'usage à l'école. L'enfant vit alors un bouleversement profond qui mériterait à notre sens une étude sérieuse pour les conséquences que cela doit comporter dans le futur développement de sa personnalité.

Tiré de : Les nouveaux patoisants en Vallee d’Aoste - Étude anthropologique, Chritiane Dunoyer. Texte adapté par l’autrice pour Lo Gnalèi.

Questo sito consente l'invio di cookie di terze parti. Se acconsenti all'uso dei cookie fai click su OK, se vuoi saperne di piú o negare il consenso ai cookie vai alla pagina informativa.

Pagina informativa