La charle é la frommia

Quemeun-a: Sen-Vinsèn
Catégorì: Conte pe le mèinoù
Pe écouté lo sonore n'a fata de adobe flash player. Fiye clic si l'imadze 'Get Adobe Flash Player" pe lo eunstallé
Get Adobe Flash player

La charle qu'a y ave tsantà to l'étsatèn
can la biza y ét arrevà
a y é sobrà sensa gnen.
Pa lo mouendro piquió bocón
dé ver ou dé moucheyón.
Coudzia d'allé demandé l'armounna
a sen dé la frommia, la chén vejeunna.
« Douna-mè, pé piéjì
caque gran pé mé nourrì
tanque a la sijón bella.
Rendo poué tot, té douno parolla.
Capital é entéré
lo peu tar a fén jeyet ».
La frommia a y é pa tan cobetta,
gnen a deurre, a prété qué ch’ouèye
Parì a y a deut a la poretta :
« Diqué t'a fè to l'étsatèn ? »
« N'èi tsantà, fran pé deurre,
dzor é net, tsaque momàn ».
« T'a tsantà ? Sèi fran contenta,
É bén, orra té pou dansì ».

Verchón adatà dé la conta dé Jean de La Fontaine

français

La cigale et la fourmi

La cigale, ayant chanté tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit elle
Avant l’aôut, foi d’animal,
Intérêt et principal ».
La fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous au temps chaud ? »,
Dit-elle à cette emprunteuse.
« Nuit et jour, à tout venant.
Je chantais, ne vous déplaise ».
« Vous chantiez ? J’en suis fort aise,
Eh bien ! Dansez maintenant ».

Tiré de : « Fables choisies », Jean de La Fontaine, Éditions Hemma, Belgique, 1984

Annexe