L’aragn dé Pellisson (patoué dé l'invers dé Dounah)

Quemeun-a: Dounah
Catégorì: Conte pe le mèinoù
Pe écouté lo sonore n'a fata de adobe flash player. Fiye clic si l'imadze 'Get Adobe Flash Player" pe lo eunstallé
Get Adobe Flash player

In co qué ire, inté na prézón dé la Franhe, ire in prézoné qué sé mandave Pellisson : belle sé ire sarà lai deunta, y an douna-ie coundjà dé vardé lou sén vioulén. Can sé bétave a souné in toc, avive to dé lón n’aragn qué sé pouzave sé l’arquet.
In dzor Pellisson deuit a la gouardia dé la prézón : « Sen pa soulet deunta la minna tsambra… sen in do ! ».
« Coumèn… sidde in do ? », i mande la gouardia totta ahtounaye.
Lou prézoné to tranquile rébat in sourièn : « Dzèque, sen in do ». In dijèn hen, pren lou vioulén é intsémèine souné.
L’aragn, coume couhtima, sen dzi per l’aragnà é sé poze sé l’arquet dé Pellisson.
La gouardia, sensa pensé-ie do co, mahe la behquetta coun la man…
Lou poro Pellisson, dépoué inté l’ourra, y a vinì malado dé tsagrén.
La gouardia, apré hella foulérà éque, y a sta puneuya perqué avive gavà ou poro prézoné la sinna souletta coumpagnì : y a sta djudicà moué mal per hen qué avive fét !

Conquia dé Roje Gal – Dounaye da Adelina Roulet dé La Thuile

français

L’araignée de Pellisson

Il était une fois dans une prison de France un prisonnier qui s’appelait Pellisson : même s’il s’était retrouvé en prison, on lui avait accordé de pouvoir garder avec lui son violon. Lorsqu’il jouait un air, il y avait toujours une araignée qui venait se poser sur l’archet.
Un jour Pellisson dit au gardien de la prison : « Je ne suis pas seul dans ma chambre… nous sommes deux! ».
« Comment… vous êtes deux ? », lui demande surpris le gardien.
Le prisonnier réplique tranquillement, en souriant : « Oui, nous sommes deux ». Et en disant cela, il prend son violon et il se met à jouer.
L’araignée, comme d’habitude, descend à travers son fil et vient se poser sur l’archet de Pellisson. Le gardien, sans réfléchir, il tue la petite bête de ses mains…
Le pauvre Pellisson, dès ce jour-là, tomba malade de chagrin.
Le gardien, après sa bêtise, fut puni, puisque il avait privé le pauvre prisonnier de son unique compagnie : son geste fut jugé sévèrement !

Tiré de : Histoire de Roje Gal -Texte proposé par Adelina Roulet de La Thuile