Guèra é pés (patoué dé l'invers de Dounah)

Quemeun-a: Dounah
Catégorì: Siantefeucco
Pe écouté lo sonore n'a fata de adobe flash player. Fiye clic si l'imadze 'Get Adobe Flash Player" pe lo eunstallé
Get Adobe Flash player

Moué dé beuhque sé rizo tra lour é, can i capitte, ougnideun drouve hen qué y at : lé cheummie sé poussounno, lé pichón sé dounno dé crep vouèi lou moro, lé rat coun lé piote, lé ijé coun lou béc é coun lé grénfie, lé tchervo coun lé corne, lé lión coun lé den é lé grénfie…
Y è bén chura qué lé beuhque sé rizo pa per poulé parquédjé ou per fére la covva a la posta, ma y an lour avouèi dé bounne rijón per rougnì : per gagnì na fémala, per défende lou lour térèn, per la méndzì, per euhte pieu si qué lé-z-atre.
In fén di conquio, coume in totte lé soutchétà, belle inté hella di beuhque, pa tchuit van to dé lon d’acorde !

Prét da :
www.focus.it, décembre 2008

français

Guerre et paix

Beaucoup d’animaux se disputent entre eux et, lorsque cela se passe, chacun emploie ses armes : les singes se bousculent, les poissons se frappent à coup de museau, les rats avec les pattes, les oiseaux avec le bec et les griffes, les cerfs avec les cornes, les lions avec les dents et les ongles…
Certes, on peut être surs que les animaux ne se disputent pas pour une place de parking ou pour la queue aux bureau de poste, mais eux aussi ont leurs bonnes raisons pour arriver quelquefois à se battre : la conquête d’une femelle, la défense de son propre terroir, la nourriture, l’ascension sociale…
Enfin, comme dans toutes les bonnes sociétés, même dans celles des animaux quelquefois on se trouve en désaccord !

Tiré de : www.focus.it, décembre 2008

Annexe