L'aragnà dé Pellisson

Quemeun-a: Tsambava
Catégorì: Conte pe le mèinoù
Pe écouté lo sonore n'a fata de adobe flash player. Fiye clic si l'imadze 'Get Adobe Flash Player" pe lo eunstallé
Get Adobe Flash player

Eun co, dedeun euna prézón dé la France, y avie eun prézonié qu’i y ére a non Pellisson; mémo én étèn én borna, y avion lessa-lle lo chén violén pé soné.
Can ché betave a soné euna mezeuca, y avie toudzor euna aragnà qu’i vignave ché pozé dussù l'arquet.
Eun dzor Pellisson i dit ou gardièn dé la prézón : « Sé pa solet dedeun la tsambra... no sen doo ».
« Comèn... v’éte doo ? », i lle demande lo gardièn étonnà.
Lo prézoné i tourne lle deure tranquillo, én sourièn : « Ouè, no sen doo ». É én dièn sen, i pren lo chén violén é i ché beutte a soné.
L'aragnà, comèn toudzor, i décotse lo lon dou chén fi é i va ché pozé dussù l'arquet dé Pellisson.
Lo gardièn, sensa pensé, i tchouè la pitchoda bétche voué lé man.
Lo poro Pellisson, dé sé dzor lé, y è vugnù malado dé tsagrén.
Lo gardièn, apré la chén bétize, y a ità punì perquè y avie privà dé la chén compagnì lo poro prézonié ; y a poué ità bièn punì pé sen qu’y avie fé.

Conta dé Roje Gal - Teste propozà pé Adelina Roulet dé La Tchouéille

français

L’araignée de Pellisson

Il était une fois dans une prison de France un prisonnier qui s’appelait Pellisson : même s’il s’était retrouvé en prison, on lui avait accordé de pouvoir garder avec lui son violon. Lorsqu’il jouait un air, il y avait toujours une araignée qui venait se poser sur l’archet.
Un jour Pellisson dit au gardien de la prison : « Je ne suis pas seul dans ma chambre… nous sommes deux! ».
« Comment… vous êtes deux ? », lui demande surpris le gardien.
Le prisonnier réplique tranquillement, en souriant : « Oui, nous sommes deux ». Et en disant cela, il prend son violon et il se met à jouer.
L’araignée, comme d’habitude, descend à travers son fil et vient se poser sur l’archet de Pellisson. Le gardien, sans réfléchir, il tue la petite bête de ses mains…
Le pauvre Pellisson, dès ce jour-là, tomba malade de chagrin.
Le gardien, après sa bêtise, fut puni, puisque il avait privé le pauvre prisonnier de son unique compagnie : son geste fut jugé sévèrement !

Tiré de : Histoire de Roje Gal -Texte proposé par Adelina Roulet de La Thuile

Annexe