La gréngreuille è la fromià

Quemeun-a: Vèèi
Catégorì: Conte pe le mèinoù

Tololón dou tsoté, la gréngreuille y a tsantó
È chè trovèi bièn privèi
Can lo fret y et arrevó :
Po lo mouèndro croué bocón
Ni dè moutse ni dè chión.
Coudzì d’allà a l’armon-a
Tsé la fromià, cha vezeun-a,
« Baille-mè, pè choplé
Coque frize pè campà
Tanque a la chézón novella ;
Rèndo tot, baillo paolla,
Lo pe tar, fén jeuillè,
Capital è-z-èntérè ».
La fromià y è po cobetta,
Gneun a deue, a prétà dè seu é dè lé
Pai ll’a deu a la povretta :
« Dè què t’o fé to lo tsoté ? ».
« Dzor é né, fran pè deue,
A tcheu passèn d’é tsantó ».
« Te tsantoe ; si bièn éze !
Ébén èa, te pouì dansé ! ».

français

La cigale et la fourmi

La cigale, ayant chanté tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit elle
Avant l’aôut, foi d’animal,
Intérêt et principal ».
La fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous au temps chaud ? »,
Dit-elle à cette emprunteuse.
« Nuit et jour, à tout venant.
Je chantais, ne vous déplaise ».
« Vous chantiez ? J’en suis fort aise,
Eh bien ! Dansez maintenant ».

Tiré de : « Fables choisies », Jean de La Fontaine, Éditions Hemma, Belgique, 1984

Annexe