A féra dé Sent Ors

Comune: Brusson
Categoria: Etnologia
Per ascoltare l'audio è necessario aver installato Adobe Flash Player. Fare click sull'immagine 'Get Adobe Flash player' per procedere con l'installazione.
Get Adobe Flash player

L’é séntsa doutta a pi grousa féhta da Val d’Ohta. Pé douch djor, én pién ivér, bon ou gramo tén, dé meulle é dé meulle djen s’émouélon pé le tchumìn d’Ohta pé aité é, dé co, atchété le prodouì dé y artidjàn valdouchtàn. Én tsi douch djor, mehquià i diférénte léngue dou mondo, non pout éncorra sentì a mezécca di nohtre patoué.
An apré an, a féra a vièn contùn pi grousa. Dé simpio martchì organizà a la bona, l’a vénì eunna grousa organizatsión qu’a fèi travayé dé tsenténe dé djen. Ou momèn pi guiettà ou comerse, l’an djouenta-se dé momèn dé queulteurra é dé féhta.
Corra non vejeutta a féra dé Sent Ors, non pou troé diquié sé voya… Ma l’a pa ichtà contùn pe parì… A l’envión a y ira eunna féra dou bo é orra l’é un gro martchì dou qué sé véndon totte calétà dé tchoze. Moué dé djen lammon pa tso, ma le tén i tchandjon…
Ouèi, a féra a l’empich a maopart di tchumìn é di piatse da veulla. Tutùn, y artidjàn qu’i son éncorra atacà i viéye cohtume - é travayon o bo, a pira, o fer é a lana - i l’an vardà le pocht pi vièi qu’i van dé l’Arc d’Auguste a Piatsa Chanoux.
I guiòn qué a féra l’a meulle an. Pourtàn, le documèn pi vièi qu’i no nen prèdjon son dou XIII° - XIV° siécle : eunna pergaména dou 1243 qu’a couénta d’eunna féra qu’a sé féjae o 31 dé djénì é eun ehcreut dou 1303 qu’ou di dé eunna féra dé chi djor qu’a sé féjae én Ohta, tré djor dévàn é tré djor apré Sent Ors. Donca sé cognich pa l’an sur dé l’envión da féra, ma non pout imajiné qu’a l’ouse éncomintsà outor dé l’an meulle, corra l’économéa l’at aù un gro dévéloppemèn é corra én totta Éoroppa i l’an comintsà a nache verquiénte fére émportante. Tutùn, eunna couénta no di qu’a l’a nachù ou VIIIo siécle - é donca moué dévàn qué l’an meulle - corra Sent Ors l’at éncomintsà a doné dé tsoque i djen pi poro dou cartì…
L’é pacque a modé da mità dou XIXo siécle qu’i comintsén d’aé dé noéle sure da nohtra féra. Le premire énformatsión (1857) no prèdjon d’eunna piquioda féra qu’a derae renque eunna deméa djornà. Vers la fin dou siécle, mersì a eunna forta polétécca dé promotsión di piquiode « fabrécque » dou pocht féta pé o Comice Agricole, l’a pré pi d’émportantsa.
Dé tsou momèn la, djeuchto pé tré co l’a ferma-se : ou tén di doe guière, pé dé rajón qu’i sé compréndon bén, é ou tén dou Fascio, a coza d’eunna polétécca contrére é éntoléranta.
Ma o pi gro dévéloppemèn, a féra l’at au-lo éntó l’Otonomia da nohtra réjón. Dé féra di mouébio pé travayé a campagna, l’a vénì eunna féra dé y artidjàn é dé l’art, belle s’a l’a jamé perdù le caratére pi vièi é traditsionél. Pou sé fére qu’a l’é pé tsén ecquie qué le Valdouchtàn pénson qu’a séa un momèn fran émportàn pé a iour identité.

Teste dé Alexis Betemps

français

La Foire de saint Ours

C’est sans doute la plus grande fête et manifestation valdôtaine. Pendant deux jours, en plein hiver, beau temps ou mauvais temps, des milliers et de milliers de visiteurs s’entassent dans les rues d’Aoste pour admirer et, éventuellement, acheter les produits des artisans valdôtains. Ces deux jours, mélangés aux différentes langues du monde, nous pouvons encore entendre la musique de tous nos différents patois valdôtains. La foire occupe désormais, une bonne partie des rues et des places de la Ville. De foire du bois elle est devenue une grande foire tout court, avec toute sorte de marchandises. Plusieurs s’en plaignent mais, probablement, cela est inscrit dans les temps : quand on dit foire… Les artisans qui s’inspirent encore de l’ancienne tradition et utilisent le bois, la pierre, le fer et la laine pour réaliser leurs produits et leurs œuvres d’art, occupent encore les anciens espaces qui vont de l’Arc d’Auguste à la Place Chanoux. Depuis une cinquantaine d’années, la foire ne fait que croître et se développer. De manifestation spontanée elle s’est transformée en une organisation complexe qui mobilise des centaines de personnes aux compétences différentes. A côté du moment commercial, un côté culturel et récréatif s’est ajouté. A la foire de saint Ours chacun peut désormais trouver ce qu’il cherche…
Mais cela n’a pas toujours été ainsi…
La foire de Saint-Ours est millénaire, dit-on. En réalité les documents les plus anciens qui la citent sont du XIIIème siècle : un parchemin de 1243 qui parle d’une foire « curieuse » se déroulant le 31 janvier et un manuscrit de 1303 qui évoque une foire de six jours se déroulant à Aoste, trois jours avant et trois après la Saint-Ours. Ne connaissant pas exactement la date de naissance de la foire on peut raisonnablement avancer l’hypothèse que notre foire est née autour de l’an 1000, quand l’économie a eu un fort développement et de nombreuses foires importantes sont nées un peu partout en Europe. Mais la légende nous dit qu’elle est née au VIIIème siècle, donc bien avant l’an 1000, quand saint Ours commença à distribuer des sabots aux pauvres du quartier…
Ce n‘est qu’à partir de la moitié du XIXème siècle que nous avons des nouvelles certaines de notre foire. Les premières informations (1857) nous parlent d’une petite foire qui ne durait qu’une demi journée mais vers la fin du siècle, grâce aussi à une forte politique de promotion des « petites industries » locales, promue par le Comice Agricole » elle reprit, petit à petit, de l’envergure. Elles a subi au moins trois interruptions : lors des deux guerre mondiales, pour des raisons compréhensibles, et pendant la période fasciste, victime de l’intolérance. Mais son grand essor commence avec l’Autonomie de notre Vallée. De foire aux outils elle devient une foire d’artisanat et d’art sans toutefois renoncer à ses caractéristiques anciennes. C’est peut-être pour cela que les Valdôtains s’y reconnaissent et ont fait de la foire de saint Ours leur moment identitaire par excellence.

Texte écrit par Alexis Bétemps

Allegati