Thérivel Adolphe

THÉRIVEL Adolphe
Saint-Christophe 1899-1978

Il dut quitter très jeune sa patrie pour se rendre à l'étranger, mais il resta très attaché à la Vallée d'Aoste, pour laquelle il rêvait l'indépendance et la prospérité.
Dès qu'il le put, il rentra chez lui, à Senin, où il se dédia à l'agriculture avec un esprit d'innovation.
La plupart de ses poésies, en patois et en français, sont dictées par son amour du pays, le regret des bonnes traditions qui disparaissent, la haine pour les mépris contre sa vallée, l'attachement à la « terre ».

 

Annexes

  • Quelque chose qui ne va pas

    Versions en langue francoprovençale, en langue française et en langue italienne

    Document pdf (184 KByte)