Lou Canaval de la Comba Fréde

Commune: Cogne
Catégorie: Ethnologie

Dén la Comba fréde l’è cou bièn vît én canaval que l’a merò lou lon di siécle é que mentén cou de trache di viéille magnére de fare.
Nou sen que dén lou 1464, l’évèque d’Outa Mgr François de Prez se pièn di-z-ommou mascrò que fon le mat, pe le reuye de la veulla, avouéi de quempanén (tintinabula vaccarum) su leuo vétouire é de cône de béquet en téta. Pi tèat dén lou tens n’en cou d’atestachón que nou végnon di documàn de l’Édjéze é que jénéralemàn son de méprì.
Méi la conta dou Canaval de la Comba Fréde l’è seotoù orala é le rétsèatse que son itaye faite en acoutèn le souvenì di-z-ansièn, nou-z-éidjon a arévé canque ou coumenchemèn dou véntiémou siécle.
Lou Canaval coumenche to de suitte apré lou dzô di Ré.
Tséque quemeunna l’a sa « banda », son Canaval tot a léye, que sembie a si di-z-atre belle en avèn can mémou caque petchoude deférense dén le pèasounadzou é dén la magnére de lou fare. Le dzouyeu ivron la rentse di mascre que tracomon, en pousechón, le vit di veulladzou.
Lou clavasén é lou clarinet poouzon pa manqué. Déréi le dzouyeu, l’a lou « guidda » avouéi la banguéra dou Canaval é én enstrumàn a èa. L’è loueu que dirije la pousechón é rapelle l’odre i mascre. Apré, do a do, a cobbie de couleu, le « landzette » avanchon en danchèn, avouéi le bras dré su é en fazèn viré la cavva. I l’en de vétouire coulouraye, totte piéine de mèayeu é de paillette. I l’en én casque gânì de fieu faite avouéi de papéi coulourò é de paillette rémendaye, betò en téta dén lou sans de la londzeu. I l’en na grosa sendja ganéya de « gogoillón » que soupaton to lou lon dou tsemén. Le « landzette » de Doues é d’Allein se desèadon di-z-atre pèaquè leuo son totte rodze é beutton lou casque de travé a la magnére de Napoléón. Sembie, selón na sèatéina tradechón que l’orijine dou Canaval vegnèye fran de loueu (Napoléón). Dén la gren patéya di « bande », déréi lou guidda l’a le demouazelle é le-z-« Arlequeun ». I son de mascre jantile que de couteumma fon pa de marounade. A la fén de la renose di mascre arivon lou « toc » é la « tocca », lou touquet é la touquetta, mascrò en pèasonne viéille que queutton pa de se bécaché, devourò de la voya de se fare véire ieun mié que l’atrou a si que le-z-avéitchon. Éncoù déréi, l’a l’ôs, la bétche que fai pensè lou foyé é la fèatilitò, tenù a la côda de sé que l’a lou contchou de lou dréché. Apré suivon cou d’atre pèasounadzou, que l’è pa oublegatérou que lé séyan, coumme lou medesén é se-z-asistèn é lou béquet avouéi sa tren.
Lou Canaval de la Comba Fréde l’è na féta totta loucala, dén lou sans que son si dou post que l’apreston é que la fon fran djeustou pe leuo. L’a pa ni d’ateu, ni de spétateu. Tuì si dou veulladzou fa que fazèyan caitsouza, ou mouèn que l’eussan én breun ou én maladdou gravou en faméille. Lou mondou atèn la « banda » devèn tché leuo é l’en aprestò de bére é de méndzé.
Bièn piachà dén l’istouére, lou Canaval tsandze selón le prougré de la sosiétò que lou fàit. Le costume son fai mié é son pi dzen gânì, lou péacous l’è toujoù pi lon pèaquè le mézón noouve son batéye tchicca fooura dou veulladzou é pamai ten protse ieunna a l’atra. De couteumma iorra én résé pamai la « banda » dén le méitchou é su le tabie l’a de tot pe méndzé é bére, le-z-esquèas son pamai si grouséi qu’én co é l’è pamai gnanca coudzì de pa se fare cougnéitre. Seutta manifestachón, qu’én co l’ére seotoù pe le-z-ommmou é pe le gro, ch’a iorra na trentéina d’en que l’è ivèata i fenne é i méinò.

Coubiet écrì de Alexis Bétemps

italiano

Le Carnaval de la Combe-Froide

Dans la Combe-Froide, est encore bien vivant, un carnaval, mûri à travers les siècles, qui conserve les traces de rituels anciens.
Nous savons qu’en 1464 l’évêque d’Aoste Mgr François de Prez se plaint des hommes masqués, sévissant dans les rues de la cité, portant sur leurs vêtements des clochettes (tintinnabula vaccarum) et des cornes diaboliques sur leurs têtes. Quelques attestations successives nous viennent aussi de documents ecclésiastiques, généralement de blâme.
Mais l’histoire du Carnaval de la « Comba Frèide » est essentiellement orale et les enquêtes accomplies nous permettent de remonter, par les souvenirs des hommes, jusqu’au début du vingtième siècle.
Le Carnaval commence à l’Epiphanie, « apréi lé Rèi ».
Chaque commune a sa propre « benda », son propre carnaval, qui ressemble à celui des autres tout en étant cependant légèrement différent dans ses personnages et dans son déroulement. Le défilé est ouvert par les joueurs, qui peuvent aussi ne pas être masqués. L’accordéon et la clarinette sont de rigueur. Derrière les joueurs, il y a « la gueudda », le guide avec le drapeau du Carnaval et un instrument à vent. C’est lui qui dirige le cortège et rappelle à l’ordre les masques. Puis, deux par deux, par couples de couleur, les « landzette » avancent en dansant, le bras tendu en l’air et en tournant la queue. Elles portent des redingotes colorées enrichies de miroirs et de paillettes. Elles ont un casque garni de fleurs en papier coloré et de paillettes cousues, porté dans le sens de la longueur. A la taille, elles ont un gros ceinturon (tèissonnéye) orné de grelots (gorgoillòn) qu’elles secouent tout le long du trajet. Les « landzette » de Doues et d’Allein se distinguent des autres parce qu’elles sont toutes rouges et portent le casque de travers, à la manière de Napoléon, à qui, une certaine tradition fait remonter l’origine du Carnaval. Dans la plupart des « bende », derrière le guide, marchent les « demouazelle » et les « arlequeun ». Ce sont des masques gentils qui habituellement ne participent pas aux plaisanteries. Terminant le cortège, arrivent le « toc » et la « tocca », le toqué et la toquée, déguisés en personnes âgées qui se disputent sans interruption, dévorés par une jalousie justifiée par leur attitude à l’égard du public. Toujours derrière, nous avons l’ours, animal symbolisant le printemps et la fertilité, et son dompteur qui le tient en laisse. Derrière suivent d’autres personnages encore dont la présence n’est pas rigoureusement requise, tels que le médecin avec ses assistants et le diable avec sa fourche.
Le Carnaval de la Combe Froide est une fête interne, dans le sens qu’elle est organisée par et pour les gens de l’endroit. C’est une fête globale parce qu’elle concerne toute la communauté. Il n’y a pas d'acteurs et de spectateurs. Tous les gens du village doivent jouer leur rôle durant le carnaval, à moins qu’ils ne soient en deuil ou qu’il y ait dans la famille un malade grave. Les gens attendent la « benda » devant leur maison et ont préparé à boire et à manger.
Inséré dans l’histoire, le Carnaval évolue comme la société qui le célèbre. Les costumes sont mieux garnis et soignés, le parcours devient de plus en plus longs parce que les maisons neuves sont bâties à l’orée du village et éloignées les unes des autres, l’accueil de la « benda » ne se fait presque plus à l’intérieur des maison, l’offre alimentaire est riche et varié, les plaisanteries se sont adoucies et l’anonymat n’est plus tellement de rigueur. Manifestation éminemment masculine et pour adultes, le Carnaval s’est ouvert depuis une trentaine d’années aux femmes et aux enfants.

Texte écrit par Alexis Bétemps

français

Le Carnaval de la Combe-Froide

Dans la Combe-Froide, est encore bien vivant, un carnaval, mûri à travers les siècles, qui conserve les traces de rituels anciens.
Nous savons qu’en 1464 l’évêque d’Aoste Mgr François de Prez se plaint des hommes masqués, sévissant dans les rues de la cité, portant sur leurs vêtements des clochettes (tintinnabula vaccarum) et des cornes diaboliques sur leurs têtes. Quelques attestations successives nous viennent aussi de documents ecclésiastiques, généralement de blâme.
Mais l’histoire du Carnaval de la « Comba Frèide » est essentiellement orale et les enquêtes accomplies nous permettent de remonter, par les souvenirs des hommes, jusqu’au début du vingtième siècle.
Le Carnaval commence à l’Epiphanie, « apréi lé Rèi ».
Chaque commune a sa propre « benda », son propre carnaval, qui ressemble à celui des autres tout en étant cependant légèrement différent dans ses personnages et dans son déroulement. Le défilé est ouvert par les joueurs, qui peuvent aussi ne pas être masqués. L’accordéon et la clarinette sont de rigueur. Derrière les joueurs, il y a « la gueudda », le guide avec le drapeau du Carnaval et un instrument à vent. C’est lui qui dirige le cortège et rappelle à l’ordre les masques. Puis, deux par deux, par couples de couleur, les « landzette » avancent en dansant, le bras tendu en l’air et en tournant la queue. Elles portent des redingotes colorées enrichies de miroirs et de paillettes. Elles ont un casque garni de fleurs en papier coloré et de paillettes cousues, porté dans le sens de la longueur. A la taille, elles ont un gros ceinturon (tèissonnéye) orné de grelots (gorgoillòn) qu’elles secouent tout le long du trajet. Les « landzette » de Doues et d’Allein se distinguent des autres parce qu’elles sont toutes rouges et portent le casque de travers, à la manière de Napoléon, à qui, une certaine tradition fait remonter l’origine du Carnaval. Dans la plupart des « bende », derrière le guide, marchent les « demouazelle » et les « arlequeun ». Ce sont des masques gentils qui habituellement ne participent pas aux plaisanteries. Terminant le cortège, arrivent le « toc » et la « tocca », le toqué et la toquée, déguisés en personnes âgées qui se disputent sans interruption, dévorés par une jalousie justifiée par leur attitude à l’égard du public. Toujours derrière, nous avons l’ours, animal symbolisant le printemps et la fertilité, et son dompteur qui le tient en laisse. Derrière suivent d’autres personnages encore dont la présence n’est pas rigoureusement requise, tels que le médecin avec ses assistants et le diable avec sa fourche.
Le Carnaval de la Combe Froide est une fête interne, dans le sens qu’elle est organisée par et pour les gens de l’endroit. C’est une fête globale parce qu’elle concerne toute la communauté. Il n’y a pas d'acteurs et de spectateurs. Tous les gens du village doivent jouer leur rôle durant le carnaval, à moins qu’ils ne soient en deuil ou qu’il y ait dans la famille un malade grave. Les gens attendent la « benda » devant leur maison et ont préparé à boire et à manger.
Inséré dans l’histoire, le Carnaval évolue comme la société qui le célèbre. Les costumes sont mieux garnis et soignés, le parcours devient de plus en plus longs parce que les maisons neuves sont bâties à l’orée du village et éloignées les unes des autres, l’accueil de la « benda » ne se fait presque plus à l’intérieur des maison, l’offre alimentaire est riche et varié, les plaisanteries se sont adoucies et l’anonymat n’est plus tellement de rigueur. Manifestation éminemment masculine et pour adultes, le Carnaval s’est ouvert depuis une trentaine d’années aux femmes et aux enfants.

Texte écrit par Alexis Bétemps

Annexes