L’ ouya è lo ravèrot

Commune: Ayas
Catégorie: Contes pour enfants
Pour entendre l'audio vous avez besoin de Adobe Flash Player. Vous pouvez cliquer sur l'image 'Get Adobe Flash player' pour l'installer.
Get Adobe Flash player

Tsét l’é lo cointo d’euna drola dè fermantsa entre l’ouya è lo ravèrot* : « Avéitèn qui dè neu douch arruva a volà pieu ât su pè lo tsîel ? », ou l’endèfia lo ravèrot. Sou momèn l’ouya a féi gnenca cas a tsi mot, ma pè finì, pognéntsà devén l’orgoûèi, l’assetta la fermantsa. « Pouro ravèrot - a pénsa l’ouya - come te pou émadjénà dè gagnà ? T’îe l’ojél lo pieu croi è lo pieu ehcrellì què lo Bon Dieu l’a mandà so téra è ió seu la réna dou tsîel ».
En pénsèn a tsen, l’ouya l’uvra li se grose ale è a sè fot dju devén lo vouido. A déchèn quécca, è pu… su ! Tènì su è portà pè l’er tchât què lo dénon-a ou tchatsa su pè li tsénguie. A tcha poca què l’aléi su, apré li mon quevért dè bréngue è dè pètse, y éra l’érba, pu li quiapéi è, pè levrà, li néi biantche da rouja. Li mîète, ou fon da val y éron renquemai dè pécot grich, perdù devén lo vert di pra è l’ardjèn dè y oriai.
Ma l’ouya a n’aéi panco prou, a iè voléi fa vé èla ou ravèrot… È paré, en trassèn dè gro tsérquio, a tchartchéi d’atre couràn d’er pè i co pieu su. Dè couràn d’er contùn pieu fréit è fin, malén a dontà ; dè couràn d’er què faléi rètènì pè nen pa pérde un fil.
Ora, dè la su, non vééi renquemai lo pérs dou tsîel è lo soloi l’éra euna quéra biantcha séntsa tchaloù. L’éra arrevà a un point què pieu su l’éra jamé alà, gnenca dèque, uncò djovéna, pîèna dè fortsa è dè queriozétà, l’aéi endèfià lo Bon Dieu. Ma tsé co lo se orgoûèi ou iè démanda dè pieuch è paré, entó un derré éforts, l’ouya a sè chicca so eun atro couràn d’er, fin è fréit come la bija… è a contun-a dè i su.
Teut outor non sentichéi mai ren ; l’ouya l’aéi lo sebât a coza dè l’éforts è l’er l’éra paré fin què ou iè métséi entrèmîe di piume dè y ale, tendouè come dè corde pè lo rètènì lo mai pochébio : l’éra jamé alà ché ât. « Va savé sè lo ravèrot ou mè vi uncò dè dju la » - a pénséi l’ouya, fîèra come un pètón - ma fran en tsou momèn, en sè vérèn, y è pa sémbia-ie dè sentì un « tchépì » ?
L’éra lo ravèrot : ou s’éra catcha-se dézeut la se ala è l’éra sobrà la teu tsou tén. Lo ravèrot l’éra paré croi què l’ouya a sè n’éra gnenca adonà dè tsou cors séntsa pés è a l’aéi portà tanque adonca. È ora, l’ouya a saéi pa tsenque sè dire, lo ravèrot ou sè y engrapéyéi so l’échéna. Un co su, entrèmîe di dove grose ale dè l’ouya, lo ravèrot ou s’avéita outor, ou féi un pitì sât è : « Éi gagnà la fermantsa - ou deut a l’ouya - ora, sopiéi, tourna mè ménà dju, tsé ou féi paré fréit ».

Dé tsou djor, l’ouya l’a ebià lo se orgoûèi è lo ravèrot, què i iè ión uncò ojél dou fréit, ou tchartcha dè varì lo se cour djalà en partadjèn lo gnu avoi li soûèi sémbiabio pendàn li lon més d’evér.

Tiré de : Introd – récit oral recueilli et adapté par Daniel Fusinaz

*Troglodyte mignon. Entó li seu 10 gramme dè pés, lo ravèrot l’è lo pieu pitit ojél d’Oroppa apré lo roitelet. Solitère è endépendèn dè caratère, li mahquio i déféndon lo territouère séntsa lo partadjà avoi d’atre. L’è drolo ma, dè que arruva li gro fréit, ou pért tsou caratère qu’ou lo pourta a la solitude è ou tchartcha la compagnà d’ojéi sémbiabio pè passà la noit ensémbio a souhta en s’échoudèn y un contre y atre.

français

L’aigle et le troglo

Voici l’histoire de l’étrange pari entre l’aigle et le troglo (*) : «Voyons-nous qui sait monter plus haut dans le ciel ? » lance le troglo. Sur le coup l’aigle ne prête même pas attention à ces mots mais pour finir, touché dans son orgueil, il accepte le défi. « Pauvre troglo – pense l’aigle – comment crois-tu l’emporter ? Tu es l’oiseau le plus petit et le plus frêle que le bon Dieu ait envoyé sur terre et moi je suis le seigneur des airs».
En songeant à cela, l’aigle déploie ses grandes ailes et se jette dans le vide. Une courte descente, et puis… en haut ! Soutenu et porté par l’air chaud qui l’après-midi remonte les pentes. Au fur et à mesure qu’il montait, les parois recouvertes de mélèzes et de sapins cédaient la place au gazon, aux rochers instables et, pour finir, aux neiges blanches des glaciers. Les maisons, au fond de la vallée, n’étaient plus que des petites taches grises, perdues dans le vert des prairies et l’argent du torrent.
Mais l’aigle n’en avait pas assez, il voulait bien lui faire voir au troglo… Et comme-ça, en traçant des grands cercles, il cherchait d’autres courants et montait encore. Des courants de plus en plus froids et raréfiés, difficiles a maîtriser ; des courants à retenir avec les ailes tendues pour ne pas en perdre un brin.
Maintenant, de là-haut, on ne voyait que l’azur du ciel, et le soleil n’était qu’une lueur blanche sans chaleur. Il était arrivé à la limite qu’il n’avait jamais dépassée, même pas quand, tout jeune, plein de force et de curiosité, avait défié le bon Dieu. Mais cette fois-ci son orgueil en demandait plus et ainsi, avec un ultime effort, l’aigle se jetta sur un autre courant, raréfié et glacial comme le vent de l’hiver… et il monta encore.
Tout autour ce n’était à présent que silence ; l’aigle entendait son cœur battre par l’effort et l’air était si éthéré qui s’échappait entre les plumes des ailes, tendues au maximum pour le retenir un peu plus : jamais il était monté si haut. « Qui sait si le troglo me voit encore de là-bas – songeait l’aigle, comblé de fierté – mais en ce moment, se retournant, ne lui semble-t-il pas d’entendre un tchépi ?
C’était le troglo : il s’était caché sous son aile et il y était resté tout ce temps. Le troglo était si petit que l’aigle ne s’était même pas aperçu de ce corps sans poids, et l’avait transporté jusque là. Maintenant, sous son regard incrédule, le troglo lui grimpait sur la croupe. Une fois atteint le dos, entre les deux grandes ailes de l’aigle, le troglo jette un regard autour de lui, fait un petit bond et : « J’ai gagné le pari – dit-il à l’aigle – maintenant, s’il te plaît, ramène-moi en bas, ici il fait si froid ».
Depuis ce jour-là, l’aigle a oublié son orgueil et le troglo, appelé aussi « oiseau des froidures », essaye de guérir son cœur glacé en partageant le nid avec ses semblables, pendant les longs mois d’hiver.

Introd - récit oral recueilli et adapté par Daniel Fusinaz

(*) Troglodyte mignon. Avec ses quelques 10g de poids, le troglo est le plus petit oiseau d’Europe après le roitelet. De caractère solitaire et indépendant, chaque mâle revendique son territoire. Curieusement, par les grands froids, cet instinct de solitude s'efface. Á ce moment, il cherche la compagnie de ses semblables pour passer la nuit ensemble dans un abri et se réchauffer ainsi les uns contre les autres.

Annexes