Lou feuill prodigue

Commune: Champorcher
Catégorie: Varia
Pour entendre l'audio vous avez besoin de Adobe Flash Player. Vous pouvez cliquer sur l'image 'Get Adobe Flash player' pour l'installer.
Get Adobe Flash player

En 1841 le dialectologue italien Bernardino Biondelli recueillait six versions de la Parabole de l’enfant prodigue en autant de patois valdôtains (Aoste, Ayas, Bard/Donnas, Cogne, Gignod et Valtournenche). Ces six versions constituent de nos jours les plus anciens documents de prose patoise valdôtaine connus. A quelque 170 ans de leur parution, nous estimons qu’il est très important d’en recueillir des versions contemporaines, une pour chaque commune valdôtaine.

Lou feuill prodigue
Vanjile dè Luc
15 : 11-32 di Nouì Testèmèn

In ommo avéive do feuill. Oun dzor, lou pi dzouennou di do y a deut a son pare : « Poppa, den-mè la part dè mèizón què mè veunt dè drèit ! ». È lou poppa y a dèna-lli partadzou. Caqui dzor aprì, lou feuill pi dzouennou y at asembià to tsen qué avéive è y at ala-sè-nèn di mitti, vià logn… è deunn poucca ten y a fè féra tot en dispensèn a drèiti è a sounata.
A tsi pais alaque itave y et arevai na gran fameunna franc acàn louoi avéive moué oun boutón… è lo pourou diaou y at eunviounà a y avì fan. Y è parì què y et alà valet eun tsi in ommou di post què l’a manda-lou n campagni lardzéi li pourtset.
Ah, coumèn èrèye lama-se eumpyire lou véntro dè tselle pare di troufolle què meundzévoun li pourtset, djeu què ire pa gnonc què lliè-nè lisèive meundzéi.
A tsi pouén écqui lou dzouennou eunvionne a rèflèséi : « Vérou valet eun tsi mon pare y an dè pan tame veulon, è dzo si tsé a muréi dè fan… ! Mè gavou… tornou avouoi lou mén poppa è lli déyou : poppa, dz’i pètchà contre lou tsyiill è contre tè, mèreuttou moué què tu mè rècougnisèye coumèn lou tén feuill… pren-me coumèn on di tén valet ! ». Parì y è partéi per tourné avouoi son pare.
Ire co logn di mitti acàn lou poppa l’a vioi-lu è y a prè-se pèina per tsi pourou feuillet… y a courèi-lli euncontre… y a tèca-se i sén cou è l’at eumbratsia-lou doira.
Lou feuill donca y a deu-lli : « Poppa, dz’i pètchà contre lou tsyiill è contre tè, mèreuttou moué què tu mè damandèye lou tén feuill ! ». Ma lou poppa y a deut i sén valet : « Veuttou, pourtade tsé lou pi bi vatéi è beta-illè-ló, beta-lli eun anì i dèi è dè bote i pià. Prènèide lou vi gras, amatsèi-lou, meundzèn è fezèn fita, perquè tsi feuill tsé ire mort è y è tornà eun vèya, ire perdoi è y a rètrouva-se ! ». È touóit y an beta-se a fare fita.
Lou feuill pi vyiill ire eun campagni. Eun arevèn i mitti y a sentéi dè mùzica è y a vioi què touóit fezéivoun fita, donca y a damandà oun valet per eunfourmé-se dè tsenque ire capétà. Tsi tsé y a deu-lli : « Y è tournà lou tén frére è ton pare y a fét amatséi lou vi gras a coza què y at adì rètrouva-lou eun bouna salutti ». Lou frére dè què y a sentéi tsen écqui, y a beurtamèn eunrabia-se, i poén què sè rèfuzave fénque dè euntré i mitti. Son pare y è sourtèit eumprèyéi-lou, ma louoi y a rapougnoi-lli : « Y è-tì vér an què lavérou per tè sensa jamé manqué dè fare tsen qué tu vouléive è a mè t’a jamé dèna-me oun tsèvrèi què sèye per fare fita avouoi li mén améis… ma tsé louoi torne aprì què y a davourà lou tén bén atacà a dè tredoille… per sè tu fét amatsèi lou vi gras ! ».
Lou poppa lou lése deurre è pouoi tranquille lli rapont : « Teu, lou mén mèinà, t’i todelón avouoi mè è… to tsen què dz’it y è dè tè ! Ma faléive bén fare fita è itre countèn di mouèn què… avétcha tsé, lou tén frére ire mort è erra y è torna eun vèya, ire perdoi è y a rètrouva-se ! ».

Evangile selon Luc 15:11-32 du Nouveau Testament

français

L’enfant prodigue

Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : « Père, donne-moi (*) la part de fortune qui me revient » Et le père leur partagea son bien. Peu de jours après, rassemblant tout son avoir, le plus jeune fils partit pour un pays lointain et y dissipa son bien en vivant dans l'inconduite.
Quand il eut tout dépensé, une famine sévère survint en cette contrée et il commença à sentir la privation. Il alla se mettre au service d'un des habitants de cette contrée, qui l'envoya dans ses champs garder les cochons. Il aurait bien voulu se remplir le ventre des caroubes que mangeaient les cochons, mais personne ne lui en donnait. Rentrant alors en lui-même, il se dit : « Combien de mercenaires de mon père ont du pain en surabondance, et moi je suis ici à périr de faim ! Je veux partir, aller vers mon père et lui dire : « Père, j'ai péché contre le Ciel et envers toi ; je ne mérite plus d'être appelé ton fils, traite-moi comme l'un de tes mercenaires ». Il partit donc et s'en alla vers son père.
Tandis qu'il était encore loin, son père l'aperçut et fut pris de pitié ; il courut se jeter à son cou et l'embrassa tendrement. Le fils alors lui dit : « Père, j'ai péché contre le Ciel et envers toi, je ne mérite plus d'être appelé ton fils ». Mais le père dit à ses serviteurs : « Vite, apportez la plus belle robe et l'en revêtez, mettez-lui un anneau au doigt et des chaussures aux pieds. Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il est retrouvé ! ». Et ils se mirent à festoyer.
Son fils aîné était aux champs. Quand, à son retour, il fut près de la maison, il entendit de la musique et des danses. Appelant un des serviteurs, il s'enquérait de ce que cela pouvait bien être. Celui-ci lui dit : «C'est ton frère qui est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu'il l'a retrouvé en bonne santé». Il se mit alors en colère, et il refusait d'entrer. A son père qui était sorti l’en prier, il répondit : «Voilà tant d'années que je te sers, sans avoir jamais transgressé un seul de tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau, à moi, pour festoyer avec mes amis mais quand ton fils que voici revient-il, après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu fais tuer pour lui le veau gras ! ». Mais le père lui dit : « Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Mais il fallait bien festoyer et se réjouir, puisque ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il est retrouvé ! ».

Tiré de : Évangile selon Luc, 15 : 11- 32 du Nouveau Testament

Annexes