Le mot du mois : été

08 juillet 2015

Le solstice du 21 juin a marqué le début de la saison la plus attendue de l'année, l'été. Si la belle saison est de plus en plus synonyme de vacances, du moins pour les jeunes qui viennent de terminer une année scolaire fatigante, il ne faut pas oublier ce que l'été a toujours représenté et représente aujourd'hui encore, pour certains.

En effet, l'arrivée de la belle saison marque le début des travaux agricoles les plus lourds et, bien sûr, la montée à l'alpages. Autrefois, la survie d'une famille dépendait d'ailleurs d'un bon été et de ses résultats.

C'est peut-être pour cette raison que, dans beaucoup d'endroits de notre région et d'ailleurs, le commencement de la saison estivale est traditionnellement salué par un rite particulier : les feux de la Saint-Jean ou des saints Pierre et Paul. Une tradition pour laquelle il existe de nombreuses explications : selon les croyances populaires, elle serait liée à la grande épidémie de peste du XVIIe siècle et à la nécessité pour les survivants de « se compter ». Mais d'après diverses études ethnographiques, l'origine de cet usage est à rechercher dans le besoin de s'attirer les faveurs du Soleil, durant l'époque préchrétienne et, ensuite, celles des saints, en vue d'une bonne saison agricole.

Notons également qu'un décryptage attentif des messages de la nature permet d'expliquer la grande floraison de proverbes et de dictons populaires en francoprovençal liés aux prévisions météorologiques.

Si vous souhaitez en savoir plus, voici les suggestions de ce mois.

Dans la section Littérature orale, vous trouverez un recueil de proverbes consacrés à l'été et aux prévisions météorologiques.

Dans les pages consacrées à la Culture, vous pourrez lire des textes d'importants auteurs de la littérature francoprovençale valdôtaine, liés à l'été et aux travaux agricoles, comme Lo recorts d'Evalde Obert, le texte Le fen de Anaïs Ronc Désaymonet, la délicate poésie Le gnoule de Palmyre Arbaney, Lo ten di fen de Marius Thomasset et bien d'autres encore.

Pour les plus jeunes, dans la section Enfants et ados, vous trouverez un recueil de comptines, illustrées par Altan dans le cadre du Projè Popón.

Pour en savoir plus sur les origines de la tradition des feux de la Saint-Jean et des saints Pierre et Paul - boudére, flandouye ou fouà de Sen Djouàn, selon le patois - nous vous conseillons de lire le texte tiré de la publication Riti e Feste in Valle d'Aosta, traduit pour vous dans les patois de Brusson et d'Introd, publié dans la section Textes en ligne.

Enfin, et comme d'habitude, voici un petit avant-goût linguistique, à propos du mot « été » dans les divers patois valdôtains :

ehtà - étsatèn - itchatén - itchâtén - itsatèn - tsatèn - tsotén - tsotèn