Graphie

Graphèmes particuliers

Le principe de base de notre graphie repose sur une idée à la fois simple et novatrice : créer un outil permettant à chacun d'écrire son propre patois et de lire correctement celui des autres. Par le biais de ce système, flexible et universel à la fois, nous pouvons rendre à l'écrit, avec un degré de précision acceptable, l'extraordinaire richesse de notre langue parlée. Le système utilise les automatismes de la langue française, plus quelques graphèmes particuliers pour n'écrire que ce qu'on prononce ; de plus, presque tous les symboles employés figurent sur le clavier de l'ordinateur.

Graphèmes particuliers

Nous reportons dans le tableau ci-dessus quelques sons particuliers avec les graphèmes correspondants (pour la liste complète consultez le « tableau des correspondances entre sons et graphèmes »).

Accent tonique, ou « d'intensité »

Nous marquons l'accent tonique uniquement sur les oxytons (mots dont l'accent est placé sur la dernière syllabe) se terminant par une voyelle, par « m » ou par « n ». (pour  les autres cas - rares -, voir la fiche «Accentuation»).

L'accent tonique peut être :

  • 1) Un accent grave, aigu ou circonflexe, placé sur la voyelle en position tonique [ calétà (qualité), mèin (enfant) , pourtó (portail), mentòn (menton), arbéillemén (habit)] ;
  • 2) Le graphème «eu» dans le cas d'un «e» muet [ courajeu (courageux), malereu (malheureux)].

Annexes