Contes et légendes

Les enfants aiment les contes, on pourrait même dire qu'ils en ont besoin. Le conte est généralement tiré de récits oraux qui nous ont été transmis à travers les siècles. Il relève parfois du mythe, du spirituel, de l'enchantement et de l'universel.

La légende est une forme particulière du conte qui se réfère davantage aux caractéristiques du territoire local et à une période précise. Voici alors apparaître nos montagnes, nos torrents, nos pâturages, nos anciennes activités rurales et nos modes de vie ; voici se présenter le Cervin, le Ruitor, le Moyen-âge avec ses châteaux et leurs personnages ; voici aussi saint Martin qui, comme d'autres saints, soutiendra et viendra en aide à la population locale.

Un conte est fait pour être raconté : en écoutant, l'enfant ne subit pas l'influence d'images de l'extérieur mais va au contraire puiser dans son bagage personnel intérieur tout ce qui lui est nécessaire pour « voir » le conte : les personnages, les lieux, les évènements. Cet effort enrichira sa capacité imaginative, voir mnémonique, le rendant ainsi plus indépendant et plus actif par rapport aux nombreuses images qui l'entourent.

A sourchéra dou Pra d'Arà

(patois de Perloz)

Seu dazor ou Pra é a y a Rovénna y et un gro toc dé terrèin, en mes dé Las Biantche, seuyon comme un sot é tchica più en avegnèn respet a yi greup qué son outor. I vièi dézavoun qué cant y éra a mizéria dou fèingn i fiye avoun ou cheus ent'ou Pra d'Arà.

D'atre dézavoun qué ou Pra d'Arà, ou lonc dou tèins, ou l'a ihtà «  Tré cô tchamp, tré cô bià, tré cô ebbro gran ». En tuit é cas, sé post la, a sempre ihtà un leuc bièn mistérious é ent'é vèillée sé cuntava qué lessù vivavoun é teugguie, dé sourchére qué dé nòit venavoun djeu é fazavoun dé mehprés é dé tort a yi djen. Vou Pra ihtava eunna mamma djóvena qu'a l'avava un boffa dé carca més : ou l'éra bel premme ou soi vi se pèi biount dzeumme l'or é ieui coû dou siel. Per sen i parèn y avavoun betta-ie non Chérubin.

Eunna matìn, cant a mamma a lévà per dounà peuppé a y ou fiet, a l'a toutta rassambroundì en vaitàn ou brés y ou qu'a piessa dou se Chérubin y éra un boffa beurt, ma beurt ! Nér djeumme ou tcharboùn, aveu d'eui gro qué ehpéyavoun feuc é y où piourava en fazàn dé cri servadzo. A pora mamma a savava pamà senque fè, a piourava dézespérà, a l'envocava ou se Chérubin, a criava a tuit : « Véné-me èidé, y an pourta-me vià ou mé fiet ! ».

É, comme sé piquiot moustro ou contenevava a crié toujour più fort pa fan, a mamma, préza da coumpachoùn, a pensà dé douna-ie toteuingn ou pin. Ou fiet nér ou l'a peuppà va vélosità dé l'ayeudzo é ou l'a endourmi-se tou dé suite. Aloura a mamma a commensà a priyé Nohtra Damma da Garda, a Vierje dé Nèje, Sèinta Marguérita, Sen Grat é tuit y atre Sèint qu'a cougnissava.

É, entermèn qué so capitava ent'a mazoùn dou Pra, seu ent'ou Pra d'Arà é teugguie fazavoun gran féhta, dansavoun aveu dé feuc en man en fazàn dé cri servadzo perqué eunna dé lour a l'avava pourtà un bel fiet a piessa d'un dé seu beurt. Touteuingn, a mamma dé sé sé, dé tèins en tèins, a guetchava djeu vou Pra per vévé sen qué capitava.

Cant a l'a viù qué sa pora mamma a sé dézespérava ma a souagnava l'estes ou fiet beurt, a teugguia a l'a commensà a réfléchì é a l'a dé-se : «  Touteuingn, sa mamma la a mérita pa sen qué i fè-ie, a l'a pa guetchà l'aspet dou boffa ma a l'a lamma-lo djeumme feusse ihtà ou seu, perqué ou l'éra innousèn ! ». Aloura, dé nòit, a torna pourtà Chérubin ent'ou se brés é a l'a pré-se ou se boffa beurt qué ou l'a sembia-ie finque più bel, aveu dove masselle coû da roza é bièn nourié.

Cant a mamma dou Pra a l'a lévà, a u a bèa seurpréza dé trouvà ou se Chérubin qu'ou dourmava djeumme eun àndjel é a l'a vitto dét : « Mersì Nohtra Damma, té t'i eunna bouna mamma é t'i èida-me ».... É y a savava pa qué l'éra ou se amour qu'ou l'avava fèit ou mérahquio.

Audio

  • A sourchéra dou Pra d'Arà

    Pour entendre l'audio vous avez besoin de Adobe Flash Player. Vous pouvez cliquer sur l'image 'Get Adobe Flash player' pour l'installer.
    Get Adobe Flash player